Episode 16 – conseils pratiques pour éduquer son chien

Lien d’écoute : https://podcast.ausha.co/dans-la-tete-des-chiens/episode-16-conseils-pratiques-pour-eduquer-son-chien

A la suite de (trop) nombreuses discussions avec des collègues et amies du monde canin, on en a conclu que beaucoup de chiens qu’on croise ne sont pas très heureux et que c’est bien triste parce que leur côté, ils sont quand même vachement sympa. Plutôt que d’être en mode « bouh c’est pas bien de faire ça » je me suis dit que ça serait sympa de faire un épisode « conseils » que vous pouvez appliquer facilement avec votre ou vos chiens pour que ceux-ci vivent leur meilleure vie avec vous. Il y a forcément des situations qui manquent mais j’ai essayé de faire une liste la plus complète de ce que je vois le plus souvent et de conseils que vous m’avez donné sur insta et sur le groupe facebook. D’ailleurs, pour commencer cet épisode, je me permets de vous rappeler que personne n’est parfait, que ça nous arrive à tous d’être débordé émotionnellement et de faire de la merde avec son chien, même si lui hurler dessus et le taper c’est vraiment non. Mais moi aussi ça m’arrive de lever la voix de façon totalement injuste dans un moment où j’ai eu peur et de me sentir bien con après, personne n’est parfait mettez-vous bien ça dans la tête. Mais je pense qu’il faut avoir la meilleure théorie possible pour avoir la meilleure pratique possible, donc plus les bons conseils seront dans votre tête moins vous aurez tendance à faire des bêtises avec votre chien.

Bref, commençons par le conseil AVANT adoption. Il est important avant d’adopter vote chien de regarder votre mode de vie : vous êtes actif ou plutôt en mode larve ? Vous bossez de chez vous ou vous êtes absents 8h par jour ? Vous avez du temps à consacrer à un autre être vivant ? Vous avez assez d’argent pour subvenir à ses besoins niveau bouffe mais aussi toutes les urgences vétos qu’on ne prévoit pas et qui coûte une blinde ? Penser l’adoption c’est la meilleure chose à faire, et surtout vous demander : est-ce que votre volonté d’adopter un chien est totalement égoïste ou est-ce que vous pouvez accueillir un autre être vivant et respecter ses besoins ? Choisir son chien selon son mode de vie et se faire accompagner par un éduc en positif dès le projet d’adoption devrait être la base. Si vous adoptez en élevage, renseignez-vous sur les bons élevages et prenez le temps de discuter avec l’éleveur sur : est-ce que la race est adaptée à votre mode de vie et aussi quel individu vous correspond le mieux. Bref, prenez le temps de cogiter AVANT l’adoption et de vous faire bien accompagner plutôt que d’adopter sur un coup de tête et de vous retrouver débordé parce que votre chiot adopté il y a deux semaines n’est pas propre ou que vous avez zéro temps pour promener convenablement votre chien.

Une fois que vous avez adopté votre chien, il faut penser à l’organisation de l’espace : 

  • Proposez plusieurs couchages dans différents endroits et de différents types. Un tapis de sol, un plaid en moumoute, un en hauteur, des petits cocoonings, des grands où ils peuvent s’étaler etc. L’idéal c’est d’en mettre un dans chaque pièce si vous avez la place. Le choix c’est très important pour les chiens, particulièrement lorsqu’ils sont plusieurs, ne comptez pas un lit pour chaque chien mais au moins 1 en plus à ajouter à votre nombre de chiens. Évitez de mettre le couchage dans les lieux de passage, quand un chien dort c’est comme nous : il doit être tranquille. Donc pas de papouilles quand il se repose dans son coin, pas d’enfant qui vient le réveiller. D’ailleurs, essayez de respecter au mieux son rythme de sommeil, on fait coller toute la vie de notre chien à nos horaires mais vous verrez que, parfois, votre chien a besoin de dormir et pas de se promener.
  • Concernant la nourriture, ce n’est pas mon domaine donc je vous dirais de choisir la nourriture la plus adaptée, nous on est dans le simple : croquettes. Pareil team pour ou contre gamelle, perso je m’en fiche, là-dessus chacun fait comme il peut. Si votre chien a tendance à s’empiffrer, rendez ce moment un peu plus compliqué et ludique avec une gamelle anti-glouton, en cachant la nourriture dans des petites boîtes ou dans des jouets fait pour, en distribuant sa ration pendant les promenades ou dans des tours etc. Si vous avez un jardin vous pouvez aussi lui lancer sa ration de croquettes sur la pelouse comme ça il prend le temps de manger et ça lui fait travailler ses petits neurones en même temps. Le plus important c’est de foutre la paix à votre chien quand il mange. Ce sont des conneries (qu’on est beaucoup trop à avoir fait) d’entrainer son chien à mettre sa main dans sa gamelle, ça risque juste de créer de la protection de ressources. Bien au contraire, n’hésitez pas à faire manger votre chien dans une pièce fermée pour qu’il prenne son temps et que personne ne puisse venir l’embêter.
  • Un conseil que j’aurai bien aimé avoir eu avant : ayez des jouets mais aussi des trucs à mastiquer. On n’en parle pas assez mais les chiens ont besoin de mastiquer et il y a de plus en plus d’entreprises qui proposent ça comme canigourmand. Ça permet qu’il ne bouffe pas vos affaires et ça permet de les fatiguer, c’est tout benef et y’a pas mal de choix pour des types de mâchoires différents. Perso chez nous c’est cornes de buffle et sabots de veau qu’on rachète chaque mois vu que Bocuse a une mâchoire de staff.
  • Ne soyez pas non-stop sur le dos de votre chien, laissez-lui des moments de calme, des moments de jeu seul et des moments où il s’ennuie. Je sais qu’au début on a tout le temps envie de le câliner et d’être en interaction mais c’est important pour lui de le laisser faire ses trucs dans son coin. Attention, ça ne veut pas dire l’enfermer seul dans une autre pièce hein.
  • Dernier point sur le chez vous : vous devez éduquer les gens qui viennent chez vous, qu’ils soient enfants ou adultes, à laisser votre chien tranquille, moi c’est ma règle numéro 1 pour éviter tout accident même si mes chiens sont plutôt méga tolérants. Votre chien mérite d’être tranquille, peu importe si les gens ont envie de le tripoter non stop, c’est votre chien, vos règles. Évidemment, si votre chien adoooore faire des câlins à vos potes, ne l’en empêchez pas non plus.

L’apprentissage :

  • Globalement, privilégiez l’utilisation de renforçateurs positifs, ignorance des mauvais comportements et gestion de l’environnement aux punitions. On ne puni pas, on en réprimande pas, on n’isole pas, on n’utilise pas d’outils coercitifs, on ne fout pas de pression à son chien. Je ne rentrerais pas dans les détails ici (vous pouvez aller écouter les épisodes 1 et 2) mais, vraiment, n’entrez pas en guerre avec votre chien, ce n’est pas un combat et fuyez l’éduc qui vous dira le contraire. D’ailleurs, j’en profite : ne laissez personne que ça soit Jean-Kévin du parc, votre éduc ou votre véto utiliser la contrainte ou la violence qu’elle soit physique ou psychologique avec votre chien. En termes de contrainte psy par exemple, ne mettez pas de pression à votre chien en lui demandant de fixer votre regard. Ça nuit complètement à votre relation avec lui et ça le fait flipper. Respirez un coup, dîtes vous que ce n’est pas grave, il apprend, c’est ok. Réfléchissez à comment mieux anticiper la prochaine fois.
  • Un de mes meilleurs conseils, parce que peu d’humains se baladent avec leur magnifique pochette à friandises et que c’est vraiment dommage : utilisez des friandises. Ce n’est pas mal, ça facilite beaucoup de choses, ça augmente les interactions positives avec votre chien et surtout ça évite la contrainte physique ou mentale. Exemples : vous voulez reprendre un jouet dans la gueule de votre chien. Proposez quelque chose en échange de plus haute valeur plutôt que d’ouvrir la gueule de votre chien. Autre exemple, vous essayez d’apprendre à votre chien à s’arrêter au passage piéton, récompensez quand il le fait plutôt que de l’engueuler quand il ne le fait pas, ça marche vachement mieux en récompensant. Bref, travaillez avec des friandises si votre chien est réceptif, vous pouvez tester différents types de récompenses et voir ce qui plaît le plus à votre chien : félicitation à la voix, caresses, jeux ou bouffe. Pour les friandises n’hésitez pas à augmenter la valeur des friandises que vous donnez. Meilleur conseil de mon éduc : plus ça pue plus ça plaît au chien. Par exemple pour les simples balades moi je suis au knacki ou friandises de grande surface mais si je sais qu’on va dans une situation stressante j’utilise plutôt des cœurs de poulet ou poumons de bœuf. Oui c’est dégueu et ça pue, encore plus en tant que végétarienne c’est pas le mieux mais vous verrez le changement comportemental sur votre chien.
  • Concernant les trucs à apprendre, vous pouvez totalement apprendre des tours inutiles à votre chien s’il est en demande, s’il propose. Si votre chien n’aime pas ça, ça ne sert à rien. Pour moi, les apprentissages les plus importants c’est que votre chien apprenne à être détendu en balade, qu’il puisse gérer la solitude, qu’il soit propre, qu’il ait du rappel, qu’il ne vous fasse pas voler en balade et s’arrête aux passages piétons, qu’il gère ses émotions et surtout, ce sur quoi vous devez vous focaliser avant tout apprentissage : qu’il ait une bonne relation avec vous. Si vous arrivez à ça, vous avez tout pour une cohabitation super cool pour vous et pour lui. Le reste c’est du futile, mais du futile qui peut être sympa pour renforcer votre relation si votre chien est demandeur.
  • N’en demandez pas trop. Que vous adoptiez un chiot ou un chien déjà adulte, vous devez avant tout créer une relation avec lui. C’est le jeu de nettoyer des pipis, d’apprendre à ranger ses chaussures, de prendre le temps de trouver les bons endroits de balade, de promener son chien sous la tempête, d’avoir des poils partout etc. Ça c’est votre travail quand vous choisissez d’adopter. Si vous n’êtes pas prêt à ça, n’adoptez pas. D’ailleurs, les chiots, comme les gosses, grandissent à un certain rythme donc assurez-vous de ne pas trop en demander que ça soit pour se retenir, pour gérer ses émotions ou tout apprendre d’un coup. J’en profite d’ailleurs pour rappeler que c’est totalement ok de dormir avec son chien et que c’est même très conseillé de le faire quand on l’adopte : on sécurise et après si on veut le faire dormir ailleurs on éloigne son couchage petit à petit. N’isolez pas votre chiot au début, ne le laissez pas pleurer, ne le foutez pas dans une cage. Imaginez juste qu’il vient de perdre tous ses repères et entre autres sa famille, il a besoin d’être rassuré, de s’apaiser, pas d’avoir encore plus de stress. Pareil pour les chiens adultes adoptés hein. Pour ceux qui me disent « c’est comme les enfants faut les laisser pleurer pour qu’ils apprennent à gérer seuls », je rappelle que des récentes études ont démontré qu’au-delà de 8 minutes où le bébé pleur seul, il commence à sécréter du cortisol qui est l’hormone de stress. Pareil pour la solitude, ça s’apprend, ce n’est pas inné chez les chiens, si vous bossez ça progressivement et positivement vous aurez de meilleurs résultats que si vous le laisser seul pendant 8h direct et que vous finissez avec une cage ou un collier électrique parce qu’il n’a aucune gestion de la solitude.

Mon préféré : les balades :

  • Déjà, baladez votre chien. On ne le dira jamais assez : le jardin ce n’est pas une balade. Ça aide pour le pipi du matin et du soir, on est d’accord, mais ça ne remplacera jamais une vraie promenade. En libre ou en longe, au rythme de votre chien. D’ailleurs, vous n’êtes pas obligé d’attendre les 3 mois du chiot pour le sortir, faîtes juste attention à ce qu’il ne bouffe pas les trucs qui trainent et soit en contact avec des chiens vaccinés.
  • Respectez votre chien pendant sa balade. Ayez des outils non douloureux (pour le speech sur les outils coercitifs, voir épisode 3 et 4) et qui lui permettent de répondre à ses besoins : harnais ou collier plat s’il ne tire pas et vous non plus, laisse assez longue pour qu’il puisse renifler tranquillement. Marchez à son rythme, détendez-vous, particulièrement s’il est resté enfermé toute la journée, c’est son moment, pas le vôtre. Ne pressez pas votre chien lorsqu’il fait ses besoins, franchement ce n’est pas juste, personne n’aimerait ça. Apprenez à prendre votre temps, à regarder votre chien pendant la balade plutôt que de juste tirer sur la laisse : il y a un être vivant beaucoup trop sympa au bout qui mérite d’être respecté.
  • Détendez la laisse lors des rencontres. Souvent on créé nous-mêmes la tension de notre chien. Si votre chien est réactif, équipez le d’une muselière et d’un canicode, n’hésitez pas à verbaliser aux gens que vous ne voulez pas que vos chiens se croisent. Mais si votre chien est ok congénères, détendez-vous et détendez la laisse, supervisez mais ne soyez pas intrusif tant que ça se passe bien.
  • D’ailleurs, mettez une laisse à votre chien s’il n’a pas de rappel plutôt que de l’engueuler dès qu’il est un peu loin, particulièrement en ville. Je vais en décevoir beaucoup mais vous êtes rarement plus intéressant que l’environnement et c’est normal que votre chien soit attiré par les odeurs, les congénères etc.
  • Respectez les préférences et peurs de vos chiens. Si votre chien n’apprécie pas ses congénères, vous pouvez bosser là-dessus évidemment de façon progressive et positive mais vous pouvez également respecter le fait qu’il n’a pas forcément envie de se coltiner d’autres chiens donc évitez les parcs à chiens, les interactions forcées en laisse tendue etc. Privilégiez les balades dans le calme sans stimulation inutile.
  • J’en rajoute une couche : évitez les écoles du chiot, les parcs à chiens et les centres d’éduc avec immersion. La socialisation doit se faire progressivement et positivement = pas trop de chiens, des chiens bien codés. La socialisation ce n’est pas de l’immersion, jamais. D’ailleurs quand je parle de chiens bien codés ce n’est pas juste éviter les chiens qui essaient de bouffer le vôtre, ça marche aussi pour les chiens qui montent à balle en excitation et n’arrive pas à décrocher. Donc si vous voulez aller en parc à chiens, vous pouvez, s’il n’y a pas trop de chiens et que ce sont des adultes bien codés.
  • Pour les citadins ou les gens qui veulent absolument emmener leur chien au marché ou dans les transports. Réfléchissez à la meilleure option pour stresser le moins possible votre chien: on ne pratique pas l’immersion, on y va très doucement, on respecte chaque étape et évidemment, on ne rajoute pas un collier étrangleur dans le tas. Si votre chien est stressé par le bruit, la foule etc. évitez les balades dans des milieux de surstimulation, détendez la laisse, armez-vous de vos meilleures friandises mais ne le trainez pas parce que vous ça vous fait plaisir.

Le plus général et le meilleur conseil (que je rabâche à chaque épisode) : 

  • Apprenez à observer votre chien. Pas besoin d’une thèse en éthologie ou d’une formation d’éduc pour commencer ça. Évidemment, le mieux c’est de vous faire aider par votre éduc pour savoir où poser vos yeux et comment interpréter les comportements. Il y a aussi des formations courtes et accessibles sur la communication canine que vous pouvez suivre pour avoir les bases. Qu’on en dise ce qu’on veut, moi c’est le bouquin de Rugaas sur les signaux d’apaisement qui a bouleversé ma vision des chiens, je le conseille à tout le monde, c’est une super base. Bref, les chiens ont un langage non verbal extrêmement fourni, ils nous disent tout dans leurs postures, leurs mimiques etc. Donc meilleur conseil : observez votre chien. Ça vous aidera à connaître ses préférences et peurs, à savoir s’il consenti ou non à des interactions et/ou situations, s’il est à l’aise dans les interactions avec les chiens et humains. Par exemple, savoir arrêter une interaction lorsque votre chien envoie des signaux de stress bas plutôt que d’attendre qu’il grogne. Et s’il grogne, arrêtez, ne l’embrouillez pas. Il vous signale son inconfort, il n’a pas spécialement envie de vous bouffer mais c’est sa façon à lui de vous dire « oui mais non » et ça c’est important à respecter pour lui mais aussi pour votre sécurité.
  • Ça vous aidera aussi à voir quand votre chien monte en pression, vous savez quand on passe du jeu gogole à la bagarre ou du chien qui joue à la balle au chien qui est totalement obsédé par sa balle, du jeu avec les enfants innocents qui finit en mollets mastiqués. Globalement, ça vous aidera à comprendre votre chien et à vous adapter. Vous apprendrez à voir quand votre chien est dans le trop. C’est un truc assez typique, qu’on voit chez beaucoup de chiens. Je vous fais un gros résumé qu’on m’a raconté : une trottinette passe vite à côté de vous, votre chien vous regarde et vous faire comprendre que hum c’est pas sympa pour lui, un verre tombe en terrasse d’un resto, votre chien vous re regarde et commence à se tendre, vous croisez votre voisin et lui demandez de se contenir 5 min sur le trottoir malgré les gens qui passent à côté. Là un enfant passe et lui fout la main sur la tête, votre chien gnaque alors que d’habitude ça se passe très bien avec les enfants. Que s’est-il passé ? on a fait face à empilement de déclencheurs, votre chien a essayé de gérer comme il pouvait jusqu’ici mais pour faire simple : c’est la goutte d’eau qui a fait déborder son vase. C’est pour ça qu’il faut regarder votre chien, comme ça vous arriverez à adapter les situations en fonction. 
  • Foutre la paix à votre chien : pas la peine d’être constamment sur son dos. Ça vaut pour les balades mais ça vaut aussi pour le quotidien à la maison. Laissez votre chien tranquille faire des choix, vivre des moments d’ennui, de silence, des moments pour lui. C’est comme ça qu’on construit une bonne relation. Typiquement : essayez les balades silencieuses (oui je sais c’est dur de se la fermer parfois mais ça fait du bien à nos chiens), laissez votre chien interagir avec ses congénères tranquillement tant que tout est adapté. Sans aller jusqu’à la balade silencieuse, allez au rythme de votre chien, le laisser renifler. Et par pitié, ne faîtes pas des demandes constantes et incohérentes à votre chien. Lâchez prise sur certains trucs pour qu’il profite. 
  • Évidemment, je le répète juste pour le plaisir : pas de réprimande, pas de contrainte. Oui ça arrive de contraindre son chien, oui ça arrive de râler, oui ça arrive de frustrer son chien. Mais plus vous vous mettez dans la tête que c’est pas cool de faire ça, moins vous le ferez.
  • Et enfin, comprenez votre chien. Vous vivez avec un être vivant d’une autre espèce qui mérite le respect. Un point c’est tout. Votre chien n’est pas votre esclave, même s’il est prêt à tout pour vous ce n’est pas une raison pour que vous ne fassiez pas de compromis. Soyez un guide pour votre chien, pas un chef de meute ou je ne sais quoi. Accompagnez-le sans pression, en l’encourageant vers là où vous voulez aller. Vous n’avez aucun intérêt à contraindre votre chien, ça ne sert à rien et c’est un truc de gros mascu qui persiste dans les pensées. Par exemple, un truc fait peur à votre chien, respectez sa zone de confort, éloignez-vous et rassurez-le plutôt que de le confronter. C’est une veille croyance aussi que de penser qu’on peut renforcer la peur en rassurant son chien, non, on se positionne juste comme une personne sécure pour lui. Ne forcez jamais votre chien à aller vers quelque chose qui lui fait peur, ça ne fera que renforcer sa peur et le rendre réactif ou l’inhiber.

Pour conclure, je dirais que le plus important c’est de vraiment considérer qu’on partage notre vie avec un autre être vivant qui ne nous doit rien et qu’on a choisi d’adopter. On doit apprendre ensemble et pas avoir une relation totalement asymétrique avec un qui donne l’ordre et un qui obéit à tous les coups. C’est comme ça qu’on aura un chien bien dans ses pattes et que la cohabitation sera méga agréable. Apprenez à votre chien à faire des choix et respectez ses choix que ça soit pour la balade, pour les interactions avec les congénères mais aussi avec vous et d’autres humains. Et surtout, détendez-vous le cul. Je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire mais mieux vous serez dans vos jambes, plus votre chien sera bien dans ses pattes. Soyez patients, les chiens essaient vraiment de faire de leur mieux pour vivre avec nous, c’est la moindre des choses de faire au mieux pour eux et de ne pas les brusquer. Aucun chien n’est parfait, vous n’êtes pas parfait, et c’est la vie.

J’espère que cet épisode vous a plu et qu’il vous a appris des choses. 

N’hésitez pas à vous abonner au podcast pour être au courant des prochains épisodes et à laisser 5 étoiles si ça vous a plut

Je vous souhaite une bonne journée et des caresses consenties à vos toutous

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s