Episode 6 – signaux d’apaisement version pratique !

Lien d’écoute : https://www.podcastics.com/podcast/episode/signaux-dapaisement-version-pratique-69669/

Bonjour et bienvenue sur le podcast dans la tête des chiens, un moment unique pour en apprendre plus sur votre chien et enrichir votre relation avec lui. Dans cet épisode on parlera des signaux d’apaisement d’un point de vue un peu plus personnel et pratique.

Le but étant de faire un point sur leurs caractéristiques et leur utilité. En effet, peu importe le nom qu’on leur donne, ces signaux de communication sont indispensables pour comprendre votre chien. C’est un gros travail pour apprendre à les détecter mais une fois que vous y arrivez, vous verrez vous comprendrez beaucoup mieux la communication canine.

Définitions

Pour contextualiser, les signaux d’apaisement sont « des comportements qui manifestent le caractère pacifique d’un animal et qui inhibent, réduisent ou mettent fin au comportement agressif des partenaires sociaux » (Mariti et al., 2014). Je vous met une page en lien avec la description de chaque signal et je vous conseille vivement d’acheter le livre de Turid Rugaas qui illustre très bien ces signaux. Dans l’épisode précédent, nous avons vu qu’une étude de Mariti (2017) a démontré la valeur communicative de ces signaux et leur rôle dans la  réduction du conflit et dans la prévention de nouveaux comportements agressifs dans la communication entre chiens. Ils ont été étudiés dans la communication intraspécifique chez les chiens et les loups mais ils sont également utilisés dans la communication entre les chiens et les humains comme nous avons pu le voir dans l’épisode précédent. Ce sont donc des comportements qui ont pour but de communiquer des intentions pacifiques et qui vous aideront à comprendre que votre chien est possiblement dans une situation qui ne le met pas à l’aise.

Avant de vous les décrire, il y a quelques critères pour bien les détecter :

  • Ils ont une valeur communicative donc s’adressent souvent à un autre individu de la même espèce ou non et sont plus nombreux dans les rencontres avec des inconnus comme nous l’avons vu dans l’épisode précédent
  • Ils ont donc une importance particulière car ils permettent au chien de se faire comprendre auprès des chiens/humains et de comprendre les autres chiens. Les connaître est une base indispensable pour comprendre le chien et communiquer avec lui et surtout respecter ce qu’il nous dit.
  • Ils sont contextuels : par exemple si un chien se lèche les babines avant de manger ou en attendant une friandise, la majorité du temps ça ne sera pas un signal d’apaisement (à moins qu’il ait un stress lié à la bouffe ou à votre présence près de sa gamelle) ; par contre un chien qui se lèche régulièrement les babines quand vous lui mettez son collier ça peut être le signal d’un inconfort lié soit au collier, soit à la promenade, soit à votre attitude dans cette situation.
  • Ils apparaissent souvent par groupe : regardez bien votre chien, souvent il n’envoie pas un seul signal isolé mais plusieurs. Par exemple, je vois souvent dans la rue, les chiens qui se prennent un acoup faire un détournement de regard + léchage de babines.
  • Ils peuvent également être utilisés par les humains pour communiquer avec leur chien : typiquement si vous avez peur des chiens, vous aurez tout intérêt à détourner le regard, marcher lentement et en le contournant plutôt que de le fixer et de vous figer.

Pour ma part, j’ai découvert cela, aux 6 ans d’Eliott et ça a bouleversé ma compréhension de son comportement. Pour ceux qui l’ont connu, Eliott avait des gros soucis de compréhension avec les chiens MAIS il communiquait très bien avec les humains. Aussi, Rugaas, dans son livre consacré à ces signaux d’apaisement, commence avec l’exemple de sa chienne Vesla qui avait des (grosses) difficultés de communication et qui est aujourd’hui particulièrement équilibrée. Rugaas explique que cela a pris du temps mais qu’elle et ses autres chiens ont appris à Vesla à être plus douée en communication canine. Cela m’avait donné beaucoup d’espoir : un chien peut donc apprendre à mieux communiquer, à condition de le mettre en interaction avec des chiens équilibrés.

J’ai très vite remarqué qu’Eliott avait des difficultés dans la communication avec les autres chiens. Dans mes souvenirs, il a toujours eu peur des chiens et montrait souvent des comportements d’évitement. Aussi, il se comportait de la même façon face à un chien qui montre de l’agressivité ou qui veut jouer. Il n’a jamais vraiment su communiquer : que ça soit dans ce qu’il comprend ou dans ce qu’il émet. Je ne connais pas la raison mais je pense que cela vient d’une intrication de facteurs. Il a peut-être été séparé trop tôt de sa mère, quand il était petit il a fait quelques mauvaises rencontres et j’ai eu tendance à être trop protectrice avec lui en évitant toute interaction avec d’autres chiens ou à l’inverse le mettre dans des situations d’immersion, ce qui ne lui a pas permis de bien se socialiser de façon progressive et positive. J’ai aussi écouté des conseils me disant de ne surtout pas le caresser lorsqu’il avait peur. Là, j’ai fait également une grosse erreur, en le rassurant en présence d’autres chiens, ça allait beaucoup mieux et il arrivait à me dire quand il avait envie de partir.

A l’inverse, Bocuse, qui est arrivé dans ma vie beaucoup plus récemment communique beaucoup mieux. C’est hallucinant car il peut apaiser la situation avec presque tous les chiens. Mais de l’autre côté quand il monte en excitation il a tendance à ne plus prendre en compte les signaux de l’autre chien (ce sur quoi on travaille au max et qui s’améliore vraiment beaucoup). J’adore l’observer communiquer avec les autres chiens car il s’adapte bien à celui qu’il a en face de lui. Par contre, comme je l’ai dit, si le chien en face communique mal, ça peut très vite monter en excitation et là on est parti pour du chevauchement ou de la bagarre bien brusque. Le fait de connaître sa façon de communiquer et de bien observer ses signaux me permet de mettre fin à l’interaction quand je le sens monter en pression et de lui permettre de redescendre. On travaille notamment le « tu décroches » avant et pendant interaction.

Pour apprendre à repérer les signaux d’apaisement, je vous conseille vivement le livre de Rugaas qui donne des descriptions et des exemples précis. Il faut soi-même apprendre à les remarquer car ils peuvent parfois être minimes aux yeux d’un humain (et même de certains éducateurs). Cela demande donc de l’observation et de la patience, et surtout d’apprendre à comprendre votre propre chien.

Pour vous donner un exemple des signaux typiques, je vous parle évidemment de mes gros :

  • Eliott, qui n’est plus là, utilisait majoritairement tout ce qui est évitement : détournement de la tête et du corps, ralentissement et reniflage. Avec les humains, on avait principalement du pourléchage de babines et du bâillement.
  • Bocuse communique beaucoup plus, dans les interactions avec les chiens il peut s’asseoir si le chien est trop lourd, il peut aussi détourner la tête quand il est lui-même trop lourd, la position de l’appel au jeu est un grand classique quand il a un toutou agressif en face ou quand on croise des beaucerons, il va aussi se secouer et flairer après une interaction un peu trop brusque.

Évidemment, un chien peut utiliser plusieurs de ces signaux : d’abord tourner la tête et si la « menace » persiste se détourner. Il peut faire des tests, voir ceux qui marchent à tous les coups et sinon les compléter avec d’autres signaux plus efficaces. Maintenant il ne vous manque plus qu’à identifier ces signaux et comme je l’ai dit cela demande d’être patient : voir le contexte, la fréquence de répétition etc. Le plus important est de toujours se dire que le chien communique avec vous par son propre moyen de communication, à vous de vous adapter. Crier ne sert à rien, bien au contraire. Parlez doucement avec cohérence et stabilité, votre chien vous comprendra mieux. Enregistrez bien ces signaux et n’hésitez pas à les utiliser pour compléter le langage oral qui n’est pas une base de communication pour les chiens.

Que se passe-t-il si on n’écoute pas ces signaux ?

Dans l’épisode précédent, on a vu que 2 études ont mis en avant que les propriétaires de chiens ont du mal à détecter les signaux subtils de stress. Les humains concentrent plutôt leur attention sur les vocalisations et les mouvements du corps. Pourtant les signaux d’apaisement sont très utiles pour évaluer le stress de votre chien. Si vous négligez ces signaux, il peut se passer plusieurs situations et dans tous les cas ça aura des conséquences sur votre relation avec votre chien.

Dans l’épisode précédent, on a parlé de l’échelle d’agressivité. Pour reprendre brièvement, c’est une échelle représentant les différentes étapes avant le passage à l’acte de morsure. Tout en bas de cette échelle on a donc les fameux signaux d’apaisement et les comportements vont escalader jusqu’au grognement et à la morsure. Plus on ignore ou puni les comportements en bas de l’échelle plus le passage à l’acte sera rapide et sans préavis. Un évènement menaçant surprenant peut également mener directement à l’attaque, comme réveiller un chien dans son sommeil. Par exemple, on pense souvent au chien qui « tolère » les comportements inadaptés des enfants alors qu’en réalité il signale que la situation ne lui va pas. On voit tellement ça sur les réseaux sociaux, les parents qui veulent montrer que leur chien est cool alors qu’en fait leur chien envoie 5000 alertes et puis un beau jour le chien mord alors que c’était un chien mignon.

C’est aussi pour ça qu’on dit de ne jamais punir le grognement. Ça me rend complètement dingue quand je vois des gens engueuler leur chien parce qu’il grogne. C’est la dernière étape avant le passage à l’acte donc si vous punissez un chien qui grogne, pourquoi prendrait-il le temps de prévenir la prochaine fois ? Je vais faire un méchant parallèle avec les humains mais ça permet de bien illustrer. Imaginez quelqu’un qui vous embête en vous tapotant la tête. Vous lui signalez qu’il vous emmerde. Il continu, vous allez être plus virulent. S’il ne s’arrête pas au bout d’un moment vous lui mettrez une tarte et vous lui direz « je t’avais prévenu ». Et bah c’est pareil chez les chiens. Si vous empêchez votre chien de grogner, oui ce comportement va disparaître mais vous l’empêchez de communiquer son inconfort et risquez donc la morsure. Ce qu’il faut retenir du grognement c’est que votre chien vous dit qu’il est dérangé. C’est donc positif, un chien qui grogne est un chien qui prévient, profitez-en pour essayer de comprendre ce qui cloche et comment y remédier. Cependant, je ne dis pas qu’il faut l’ignorer hein ! Il faut bien évidemment l’entendre et le prendre en compte sinon on s’expose à une situation dangereuse… Là encore on voit l’importance de savoir repérer les signaux d’apaisement/de stress. Si on les remarque, on peut donc arrêter/adapter la situation inconfortable pour le chien et donc éviter une éventuelle morsure. Il ne faut pas oublier que nous conditionnons constamment nos chiens. Le choix de réaction du chien dépendra donc de la situation et des apprentissages qu’il a reçus. En effet, s’il a appris qu’envoyer des signaux permet de stopper la situation, il s’en contentera. Par contre si votre chien a appris que les signaux ne servent à rien, il va envoyer des messages croissants sur cette échelle et finir par grogner. Et si votre chien a appris que grogner ne sert à rien à part se faire gronder, il risquera de zapper toutes les étapes jusqu’à une agression par morsure.

Impuissance acquise

L’autre option si vous punissez et/ou ignorez les comportements de communication de votre chien, c’est l’impuissance acquise. Pour le dire simplement, l’impuissance acquise c’est quand tout ce que fait la personne ou l’animal ne sert à rien. De fait, le chien va renoncer à communiquer ou à proposer des comportements puisqu’aucun acte n’est efficace. Je trouve qu’on voit souvent ça chez les chiens avec des humains qui leur hurlent dessus, qui leur donnent des acoups tous les 2 mètres, qui les brident au moindre comportement etc. D’ailleurs, c’est ce qu’on voit dans les vidéos de certains éducateurs qui sont en mode « ma méthode marche regardez le chien n’essaie plus de me bouffer ». Souvent, on voit un chien qui est à la limite du figement et qui accepte absolument tout ce qu’on lui impose… Enfin, c’est assez triste car la plupart des chiens qu’on me désigne comme « très (trop) obéissants » sont en fait méga résignés. Ça me rend très triste car en voyant le comportement de certains humains, je me dis que mes chiens m’auraient clairement envoyé chier, et ils auraient bien fait. Ils savent qu’ils ont le choix de m’écouter ou de m’envoyer chier. Et je pense que c’est ce qui est important dans l’éducation.

Je pense (et je pense que j’ai raison de penser ça), que ce type de méthode d’éducation est une volonté de réduction du chien à l’état de chose. On n’éduque pas, on n’est pas sur du compromis, on n’est pas sur de l’apprentissage. Un chien doit pouvoir s’exprimer. Comme on l’a vu avec l’échelle d’agressivité, brider le chien au max, c’est le risque de déclencher une agressivité et de construire un chien agressif.

Conclusion

Pour conclure, les signaux d’apaisement sont très utiles autant dans l’éducation à proprement parlé que dans les moments ordinaires. En les observant, vous arriverez à savoir par exemple si votre chien veut être caressé ou pas, si votre chien apprécie le contact avec un autre chien, si la façon de lui demander des choses est adaptée, etc. Les chiens essaient de communiquer avec nous, c’est vraiment important de faire l’effort de notre côté, autant pour respecter leur bien-être que pour éviter une situation dangereuse. Je pense d’ailleurs que beaucoup de gens ont l’idée que leur chien teste les limites quand il revient lentement ou détourne le regard à une commande verbale alors qu’en fait il ne comprend pas leur demande ou n’est pas confortable dans la situation et envoie d’ailleurs les signaux pour le faire comprendre. Ça se voit pas mal quand les gens font des demandes incohérentes ou demande à leur chien de s’asseoir à l’arrivée d’autres chiens alors qu’il est totalement flippé. Si vous remarquez que votre chien montre des signaux de façon régulière dans des situations particulières, n’hésitez pas à faire appel à un éducateur canin en positif qui vous aidera à bien identifier la situation et vous aidera à mieux vous gérer, gérer votre chien ou gérer l’environnement.

BONUS SONDAGE

Lien d’écoute : https://www.podcastics.com/podcast/episode/bonus-sondage-signaux-dapaisement-71152/

​​​​​​​

Références

Liste complète des signaux d’apaisement et illustration : https://comportementcanin.blog/2017/01/24/les-signaux-dapaisement-rugaas-2/

https://hund.fr/actualites/une-vie-tranquille-de-desespoir/164/

https://hund.fr/actualites/les-signaux-dapaisement/119/

vidéo sur l’impuissance acquise : https://www.youtube.com/watch?v=yQAayRtXkwE&t=3s

Pour exemple, cette vidéo « drôle » trouvée sur YouTube :

À lire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s