Bien-être des cochons d’Inde en médiation animale

guinea pigs scratches GIF by Cheezburger

Bon, c’est un blog chien mais également de médiation animale puisque c’est mon sujet de thèse. Il y a des études ultra récentes qui sont sorties sur le bien-être du cochon d’Inde en médiation animale, évidemment en anglais et évidemment du scientifique. Du coup je vous propose un petit résumé 😊

Parlons peu, parlons bien, parlons cochons d’Inde !

Les études sur les bienfaits des cochons d’Inde en MA sont nombreuses : (Flom, 2005; O’Haire, 2013, 2014; O’Haire et al., 2013; O’haire et al., 2015; Talarovičová, 2010) mais alors qu’en est-il pour ces petites bêtes ? Comment gérer au mieux leur bien-être en séance ?

Les deux études que je vous présente sont des études de chercheurs suisses. C’est important de préciser car chez eux, la règlementation sur la possession d’animaux de compagnie est beaucoup plus réglementée qu’en France, par exemple : https://wamiz.com/rongeurs/actu/suisse-c-illegal-seul-cochon-inde-15759.html#:~:text=Depuis%202008%2C%20une%20loi%20suisse,un%20seul%20cochon%20d’Inde.&text=Et%20comme%20cela%20arrive%20souvent,Inde%20ont%20fleuri%20en%20Suisse

Etude 1 – Gut (2018)

La première étude sur le bien-être des cochons d’Inde en MA est sortie en 2018. Ils se sont intéressés aux comportements de 5 cochons d’Inde pendant des séances de médiation animale dans l’objectif d’identifier des facteurs de risque pour leur stress/bien-être. Les séances duraient de 10 à 30 minutes et avaient lieu 2 à 5 fois par semaine. Tous les cochons d’Inde étaient familiarisés au contact humain dès leurs 8-10 semaines.

Leur étude portait sur 5 cochons d’inde (femelles) et ils ont cumulé 50 observations dans 3 situations différentes :

  • Avec une possibilité de retrait
  • Sans possibilité de retrait = placé sur les jambes du bénéficiaire
  • Sans interaction avec l’humain = situation contrôle
condition : possibilité de retrait

Pourquoi étudier l’effet de la possibilité de retrait ? La possibilité de retrait est liée avec le bien-être, majoritairement chez des espèces captives. Elle est définie comme la liberté de choix de contact avec les humains. Souvent en médiation animale, les CI sont caressés et même portés par des humains sans possibilité de se retirer. D’ailleurs les CI mordent rarement, ils préfèrent se cacher et quand ce n’est pas possible ils se figent.

Résultats

  • Dans la condition avec possibilité de retrait
    • La fréquence mais pas la durée du comportement de dissimulation était plus haute
    • Le nombre de comportements de « confort » était constant
    • Tandis que le nombre de comportements « surprenants » et exploratoires et la durée de la locomotion ont augmenté de manière significative par rapport à la condition de contrôle.
    • Plus de temps d’interaction avec les humains mais caressés pendant moins de temps
  • Condition sans possibilité de retrait :
    • La fréquence de comportement de figement a été augmenté de manière significative
    • Aucune observation de comportements de « confort ».
    • Sans possibilité de retrait, les CI ont montré une forte augmentation du figement, de la non-alimentation et de la vocalisation.
    • La locomotion et le repos ont diminué sans possibilité de retrait

Conclusion

L’augmentation du nombre des comportements de dissimulation, d’étonnement, de figement, la réduction des comportements de confort et de temps passé à manger peuvent être considérés comme des comportements liés au stress.

Impossibilité de retrait

  • Les 2 conditions avec ou sans possibilité de retrait peuvent être considérés comme 2 différents niveaux de stress appliqués aux CI, avec un niveau de stress plus important dans la condition sans possibilité de retrait.
  • Il y a également d’autres indicateurs de stress tels que l’accroupissement, la piloérection ou la fermeture des yeux et l’augmentation des combats (comportement socionégatif) qui n’ont pas été observés dans cette étude, donc le niveau de stress n’était pas très élevé.
  • L’une des principales raisons pour lesquelles les CI ont subi un stress plus important dans la condition sur les genoux pourrait être due à la possibilité limitée de se retirer. Effectivement, la recherche d’un abri est un comportement naturel des cochons d’Inde. Ohl et van der Staay (2012) ont suggéré que lorsque ce besoin ne peut être satisfait, le stress en résulte.

Manque de partenaires sociaux

  • Un autre facteur pourrait être le manque de partenaires sociaux dans la condition sur les jambes, alors que dans la condition avec possibilité de retrait, les animaux étaient au sein de leur groupe. Les partenaires sociaux jouent un rôle important dans la gestion du stress (Hennessy et al., 2008).

Enrichissement de l’espace

  • Outre les changements liés au stress, ils ont également observé des changements de comportement liés à l’enrichissement. L’enrichissement est désigné comme un changement dans la fréquence de comportement sans apparition de comportement lié au stress (Brewer et al., 2014). Il est donc étroitement lié au stress. L’enrichissement permet aux animaux d’exprimer les comportements naturels de leur espèce et comprend les aspects environnementaux, sociaux et nutritionnels l’enrichissement en même temps que la recherche de nourriture (Hutchinson et al., 2005).
  • Dans cette étude, les CI ont montré un comportement plus exploratoire et plus de locomotion pendant la condition avec possibilité de retrait. Ces comportements sont directement liés à l’enrichissement (Brewer et al., 2014). Par conséquent, ils concluent que la possibilité de retrait participe à l’enrichissement de l’espace.
  • L’interaction avec les humains peut également participer à cet enrichissement social puisque l’alimentation peut fonctionner comme un moyen de recherche de nourriture. D’ailleurs, dans leur étude, les interactions avec les humains étaient principalement du nourrissage.

Etude 2 – Wirth (2020)

Cette deuxième étude vient compléter la première ! L’objectif de leur recherche était d’observer les effets de la possibilité de retrait, la présence de conspécifiques (autres animaux de la même espèce), expérience en MA et interactions avec les humains sur le bien-être des CI. Leur recherche portait sur 20 CI d’âges et de sexes variés. Ils ont mesuré la température oculaire comme indicateur du niveau de stress ainsi qu’une observation comportementale au cours de 147 observations.

Les CI étaient observés dans 4 situations différentes :

  1. Condition avec possibilité de retrait avec les conspécifiques
  2. Avec possibilité de retrait sans les conspécifiques
  3. Sans possibilité de retrait
  4. Sans interaction avec humains

Leurs hypothèses étaient que :

  • La possibilité de retrait et le choix d’interactions sont associés avec une réduction du stress au niveau physiologique et comportemental
  • La présence de conspécifique amène à des indicateurs de stress physiologiques et comportementaux plus bas. En effet, les recherchent précédentes ont montré que la présence de conspécifiques réduit les réactions physiologiques et comportementales dans des situations stressantes (Sachser et al., 1998, 2007).

Résultats

Influence de la possibilité de retrait

  • Augmentation de la température oculaire dans la condition 1 et 3 par rapport à la normale. La température était la plus haute dans la condition 1 que 3 donc l’hypothèse sur la possibilité de retrait n’est pas validée au niveau physiologique.
  • Par contre effet comportemental dans la condition avec possibilité de retrait
    • Plus de temps à manger :
      • Le temps passé à manger a été réduit dans tous les cadres thérapeutiques (1-3) par rapport au cadre sans interaction avec l’humain (4).
      • Moins de temps à manger dans condition 3 que 1.
    • Plus de comportements locomoteurs :
      • Lorsqu’il n’y avait pas de possibilité de retrait (III), ils présentaient des comportements plus passifs, comme rester debout ou se figer, par rapport à la condition avec possibilité de retrait
      • Moins de temps à ne pas bouger dans la 1 que la 4.
    • Moins d’interactions socionégatives envers les humains :
      • Plus d’interactions socionégatives avec humains dans 3 par rapport à 1 et plus dans 1 que 2.
  • Donc hypothèse 2 confirmée : le manque de possibilité de retrait peut amener à plus de stress. Cela pourrait indiquer que l’augmentation au niveau physiologique est plus liée à l’excitation positive ou à une augmentation de l’activité physique qu’à un stress négatif
    • Comportements de stress identifiés : moins manger, plus de comportements de surprise et augmentation du figement.

Influence de la présence de conspécifique

  • Température oculaire plus haute avec conspécifiques que seul donc cela va contre l’hypothèse 2.
  • Au niveau comportemental : plus de temps sur la table quand les conspécifiques étaient absents.
  • Les CI venaient plus à la rencontre des humains dans la condition 1 que 2.
  • Moins de temps à vocaliser seul vs avec conspécifiques

Influence de l’expérience et de l’habituation

  • Pas d’influence de l’expérience sur la température oculaire
  • Mais moins de comportements de stress (dissimulation, surprise, figement) quand ils étaient expérimentés, mais on ne sait pas si c’est aussi parce qu’ils ont été mieux sélectionnés
  • Réduction de la température oculaire au fur et à mesure des séances = effet de l’habituation

Influence des interactions avec les humains

  • Plus haute température oculaire en présence d’humains
  • Le pourcentage de temps où un CI a été caressé était positivement corrélé à une augmentation de la température de l’œil, indépendamment de la condition.
  • Pas de différence dans comportements de confort et d’exploration entre 1 et 4 mais tendance de plus de comportements exploratoires dans 1 que 4
  • Sans humains, les CI passaient la plupart du temps leur temps dans l’enceinte de la table en étant immobiles (mais pas gelés), alors qu’ils ont montré de locomotion dans la condition avec retrait, même si la même quantité et le même type de nourriture étaient disponibles dans les deux conditions. Cependant, nous avons également constaté une diminution du temps passé à manger, une augmentation de la fréquence de la dissimulation et de l’augmentation de l’étonnement chez les cobayes exposés au contact humain.

Conclusion

  • Sur la base de leurs résultats, ils ont identifié les comportements « réduction de l’alimentation », « augmentation du sursaut » et « augmentation du figement » comme indicateurs d’un niveau de stress accru.
  • Le fait de caresser les CI a été corrélé à une augmentation de la température des yeux et pourrait être un facteur de stress. Les résultats de l’étude suggèrent qu’en MA, les CI devraient avoir une possibilité de retrait, un accès à des congénères et avoir le temps de s’adapter à un nouveau milieu. De cette manière, le stress pourrait être réduit.
Guinea Pig Eating GIF

Implications pour la pratique

  • la possibilité de se retirer est utile pour réduire le stress et devrait être toujours présente pendant les séances de médiation animale. Il est donc important d’avoir un abri enrichi pendant la séance = Il y a tout à y gagner avec la possibilité de retrait : moins de stress et plus d’interactions !
  • Le contact avec les congénères est également important et les CI ne doivent pas être le seul CI en séance et ils doivent avoir la possibilité d’interagir entre eux.
  • Il faut également prendre en compte l’individualité de chaque CI ainsi que la relation avec l’intervenant et les bénéficiaires
  • Une bonne sélection et socialisation sont importantes pour une meilleure gestion du stress
  • Les indicateurs de stress à prendre en compte sont : réduction de l’alimentation, augmentation du sursaut, augmentation du figement, réduction de l’exploration, les vocalisations, les bagarres, les claquements de dents ou les comportements stéréotypés comme les morsures de barres

Références principales

Flom, B. L. (2005). Counseling with pocket pets : Using small animals in elementary counseling programs. Professional School Counseling, 469–471.

Gut, W., Crump, L., Zinsstag, J., Hattendorf, J., & Hediger, K. (2018). The effect of human interaction on guinea pig behavior in animal-assisted therapy. Journal of Veterinary Behavior, 25, 56‑64. https://doi.org/10.1016/j.jveb.2018.02.004

O’Haire, M. E. (2013). Animal-Assisted Intervention for Autism Spectrum Disorder : A Systematic Literature Review | SpringerLink. Journal of Autism and Developmental Disorders, 43. https://doi.org/10.1007/s10803-012-1707-5

O’Haire, M. E. (2014). Effects of Classroom Animal-Assisted Activities on Social Functioning in Children with Autism Spectrum Disorder. The journal of alternative and complementary medicine, 20(3). https://www.liebertpub.com/doi/10.1089/acm.2013.0165

O’haire, M. E., Guérin, N. A., & Kirkham, A. C. (2015). Animal-Assisted Intervention for trauma : A systematic literature review. Frontiers in Psychology, 6. https://doi.org/10.3389/fpsyg.2015.01121

O’Haire, M. E., McKenzie, S. J., McCune, S., & Slaughter, V. (2013). Effects of Animal-Assisted Activities with Guinea Pigs in the Primary School Classroom. Anthrozoös, 26(3), 445‑458. https://doi.org/10.2752/175303713X13697429463835

Sachser, N., Dürschlag, M., & Hirzel, D. (1998). Social relationships and the management of stress. Psychoneuroendocrinology, 23(8), 891–904.

Sachser, N., Künzl, C., & Kaiser, S. (2007). The welfare of laboratory guinea pigs. In E. Kaliste (Éd.), The Welfare of Laboratory Animals (p. 181‑209). Springer Netherlands. https://doi.org/10.1007/978-1-4020-2271-5_9

Talarovičová, A. (2010). Guinea pigs—The “Small Great” Therapist for Autistic Children, or : Do Guinea Pigs Have Positive Effects on Autistic Child Social Behavior? Society & Animals, 18(2). https://doi.org/10.1163/156853010X491999

Wirth, S., Gebhardt-Henrich, S., Riemer, S., Hattendorf, J., Zinsstag, J., & Hediger, K. (2020). The influence of human interaction on guinea pigs : Behavioral and thermographic changes during animal-assisted therapy. Physiology & Behavior, 113076. https://doi.org/10.1016/j.physbeh.2020.113076

3 commentaires

    1. Salut Cécile ! Je suis désolée je viens de voir ton commentaire, 6 ans plus tard ^^ Eh bah justement si je l’ai pas précisé c’est qu’ils n’indiquent pas de comportement de confort… J’ai envoyé un message à l’auteur je te fais signe si un jour j’ai une réponse 😉

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s