Les interactions humain-chien

Comme vous l’aurez compris, la série 1 semaine = 1 article s’est arrêtée avec le dé-confinement. En vrai les articles de vulgarisation scientifique ça prend du temps. Mais du coup je veux rester dans cette optique, juste faire des articles de vulgarisation de façon moins régulière.

Il y a une chercheuse que j’aime bien et qui fait des études sur les interactions humain-chien, du coup, je lui consacre un article que je vais remplir au fur et à mesure 🐶

Aujourd’hui, on va donc parler du premier article de Kuhne et al. (2012) qui se sont intéressés aux effets de la familiarité de l’humain sur les réactions comportementales du chien pendant des caresses. En effet, les caresses sont vraiment un truc de primates et donc d’humains. Avant de passer au tactile, les chiens (entre eux) passent par toute une danse de signaux comportementaux. Nous on est beaucoup moins polis, on se fait la bise directement 🤷🏼. Du coup, la plupart des humains privilégie le tactile quand ils rencontrent un chien. La majorité des propriétaires de chiens (qui lisent ce blog) sont d’accord pour voir que ce n’est pas apprécié par la majorité des chiens. Mais qu’en est-il dans les interactions avec votre propre chien ?

📑Méthode

Ils ont interrogé 24 propriétaires de chiens. Les chiens avaient de 1 à 11 ans et de races différentes. Chaque chien était exposé à 9 situations différentes par des humains familiers et étrangers :

  • caresser le chien sur l’épaule
  • caresser le chien sur le côté du poitrail
  • caresser sur le poitrail
  • caresser et maintenir le chien sur le sol
  • tenir la patte du chien
  • caresser le chien sur la tête
  • gratter le chien à la base de la queue
  • tenir le chien par le collier
  • couvrir le nez du chien avec une main

Ils ont mesuré les réponses comportementales des chiens en terme de durée et de fréquence

  • Comportements redirigés = Renifler/lécher le sol, jouer avec des objets inanimés, creuser, boire, scanner visuel, une activité excessive
  • Displacement activity* (comportements normaux hors de contexte) = Léchage, grattage du corps, montage, s’ébrouer, bâillement, étirement, vocalisation, se vautrer
    • Les comportements de « déplacement » sont des comportements normaux affichés hors contexte. Ils indiquent un conflit et de l’anxiété. Le chien veut faire quelque chose, mais il supprime l’envie de le faire. Il remplace le comportement réprimé par quelque chose d’autre, comme une lèche ou un bâillement (doggonesafe.com)
  • Gestes d’apaisement = Cligner des yeux, regarder ailleurs, fermer les deux yeux, éviter la tête, se figer, s’asseoir, se coucher, détournement du corps/reculer, léchage du nez/des lèvres, claquement de langue, lever une patte
  • Comportements d’approche sociale = Rechercher le contact humain, regarder l’homme, s’asseoir/se coucher à côté d’un homme avec un contact corporel
  • Autres comportements de stress = halètement, salivation, élimination, vomissements

📊Résultats

  • Les comportements redirigés étaient plus fréquents avec les personnes familières
  • La fréquence des comportements redirigés étaient plus fréquente avec une personne familière dans les situations « tenir par le collier » et « couvrir le museau du chien avec la main »
  • Les signaux d’apaisement étaient élevés (en fréquence et en durée) avec des personnes familières
  • Dans le groupe familier, les signaux d’apaisement étaient plus longs, surtout pour les caresses sur la tête et sur l’épaule, sous le cou et dans les situations tenu par le collier ou maintenu sur le sol
  • Les comportements sociaux étaient plus élevés dans le groupe familier, surtout dans les situations de caresses sur la tête et tenir le museau
  • Les chiens dans des situations de stress montraient plus d’halètement

📑Conclusion

C’est intéressant car les chiens montraient globalement plus de comportements dans la situation familière que dans la situation avec un étranger.

On voit aussi que cela dépend des zones : clairement les caresses sur la tête et ce qui est restriction (collier ou museau) impact le stress des chiens.

Dans leur discussion ils parlent de comportements pouvant être interprétés comme comportements de dominance, là dessus on peut surtout dire que c’est des comportements inconfortables pour les chiens (pour mieux comprendre ce qu’on entend par dominance, vous pouvez lire cet article)

Le fait que les chiens montrent plus de comportements (de stress ou affiliatifs) avec un humain familier peut évoquer une volonté de communication, qui serait moins présente avec des étrangers.


Pour aller plus loin :

L’article au complet : Kuhne, F., Hößler, J. C., & Struwe, R. (2012). Effects of human–dog familiarity on dogs’ behavioural responses to petting. Applied animal behaviour science142(3-4), 176-181.


Pour être informé des dernières nouveautés, n’hésitez pas à me suivre sur les réseaux sociaux et/ou directement vous abonner à la newsletter 😉

🐕 Facebook : Comportement canin – Alice Mignot

 🐶 LinkedIn : Alice Mignot

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s