Contextes des agressions canines sur humain

📑Pour cette semaine, je vous présente un article de Oxley et ses collaborateurs plutôt récent puisqu’il date de 2017. L’objectif de leur étude était de contextualiser les morsures de chiens en questionnant directement les humains victimes de ces agressions. Je le trouve intéressant car il interroge directement des victimes de morsure. De plus, la diffusion sur les réseaux permet de ne pas se restreindre aux « morsures graves » focus sur les gens qui sont allés à l’hôpital.

Ils ont donc diffusé un questionnaire en ligne comportant 40 questions (ce qui est plutot complet) divisé en 5 sections :

  1. nombre de fois où la personne a été mordue et des informations sur la dernière morsure (caractéristiques du chien mais aussi comportement de l’humain juste avant la morsure)
  2. type de blessure et gravité (traitement etc.)
  3. perception de l’humain sur sa responsabilité vis-à-vis de cette morsure
  4. définition de la morsure selon ces humains
  5. informations démographiques sur l’humain et le chien

📊Résultats

🧐Vu qu’il y a beauuucoup de données je ne met que celles qui m’intéressent 😅 mais il y a tout dans l’article en lien et si vous voulez une traduction spécifique n’hésitez pas à me demander en commentaire !

  • Ils ont dont analysé 484 questionnaires complets
  • Les répondants étaient à 84% des femmes 👉ça ne veut pas dire que les femmes se font plus mordre, surtout que les femmes répondent plus à des questionnaires en ligne sur les chiens
  • Pour la majorité ce n’était pas leur premier chien
  • 49% ne se sont fait mordre qu’une fois dans leur vie
Oxley et al. (2017)
  • Pour les chiens dont la race était identifiée, 82 races différentes ont été citées dont la plus fréquente : le berger allemand, suivi du border collie, suivi du jack russell
  • 51% avaient eu des cours d’éducation
  • Antécédents d’agression : 170 chiens avaient déjà commis une agression, parmi eux 38% sur un humain et un chien, 42% seulement sur un chien, 19,4% seulement sur des humains
  • 86% n’ont été mordu qu’une fois pendant leur dernière blessure
  • Sur la familiarité avec le chien : 66.1% étaient connus de la victime : pour 34.7% c’était leur propre chien, pour 35.3% le chien appartenait à un membre de la famille ou ami, 30% le connaissait de loin (rencontré en balade)
  • Situations « pré-morsure » les plus fréquemment citées : humain qui commence l’interaction
    • caresses ou tentatives de caresses du chien ont été les plus souvent signalées
    • jouer avec le chien
    • le manipuler, le soulever ou le restreindre
  • Comportements du chien avant l’agression :
    • excité/actif (29,1 % ; 125/430).
    • agressives (21,4 % ; 91/430)
    • détendue (15,8 % ; 68/430)
    • effrayée/effrayante/tendue stressés (15,8% ; 61/430)
    • heureux (8,1% ; 35/430)
    • dormir/se reposer (6,0 % ; 26/430)
    • -> pour ça je ferais 2 articles sur la perception des humains sur les comportements canins
  • Pour 67,5% d’entre eux le chien avait l’intention de les mordre, 32.5% ont dit que c’était accidentel
    • quand c’était leur chien plus de tendance à dire que c’était accidentel
  • Dans 45,5% des cas c’est l’humain qui a approché le chien
  • Dans la moitié des cas, la morsure était « juste » un coup de dents
  • 54 personnes étaient mordues plus d’une fois sur le moment
  • Zones de morsure :
    • 62% pour les extrémités du haut du corps : mains, poignets, avant-bras et bras
    • 29% pour les « extrémités basses » (pieds, chevilles, tibia, jambe)
    • corrélation de l’âge de l’humain avec la zone de morsure : 79% des morsures sur le cou/la nuque concernaient des humains de moins de 19 ans
    • corrélation entre la zone de morsure et le type d’interactions : plus de risque d’être mordu sur les extrémités hautes quand la personne approchait le chien; plutôt sur extrémités basses quand le chien approchait la personne
  • 44% blâmait leur comportement ou celui du propriétaire du chien
  • Dans 60% des cas, il ne s’est rien passé pour le chien
    • pour les actions prises : surtout éducation, puis euthanasie puis changement de famille

Important à retenir :

  • il n’y a pas de profil type de chien mordeur
  • les interactions débutées par l’humain sont les plus représentées
  • le chien est le plus souvent connu de l’humain
  • les gens ont conscience que le chien n’est pas le seul être à blâmer
  • la plupart des morsures sont des gnacaque

Pour aller plus loin : Oxley, J. A., Christley, R., & Westgarth, C. (2018). Contexts and consequences of dog bite incidents. Journal of Veterinary Behavior23, 33-39.


Pour être informé des dernières nouveautés, n’hésitez pas à me suivre sur les réseaux sociaux et/ou directement vous abonner à la newsletter 😉

🐕 Facebook : Comportement canin – Alice Mignot

 🐶 LinkedIn : Alice Mignot

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s