« Mon chien est insupportable, je n’en peux plus »

Tout ce que je vois sur internet m’amène à une réflexion très simple : pourquoi les gens adoptent-ils des chiens ?

En effet, je me demande si les gens réfléchissent un minimum avant d’accueillir un chien chez eux.

Avoir un chien ce n’est pas avoir une peluche, ce n’est pas juste garder celui d’un ami pendant quelques jours, ce n’est pas livré en kit prêt à l’emploi, ce n’est pas que de l’amour. Avoir un chien c’est devoir s’en occuper au moins pour 10ans (et passer 10 ans, s’occuper d’un « vieux » chien), avoir des frais vétérinaires qui peuvent être exorbitants, prendre le temps de le comprendre et de l’éduquer, faire fasse à certaines difficultés, le promener 3 fois par jour (minimum !), avoir un appart rempli de poils, des jouets partout, se réveiller à 3h du mat parce que son chien a vomi partout etc.

Pourtant, beaucoup de gens sur les réseaux sociaux se disent débordés parce que leur chiot de 3 mois chez eux depuis 2 semaines n’est toujours pas propre. Parce que leur chien adopté il y a 1 semaine n’accepte pas de se faire caresser par leurs enfants. Parce que leur berger détruit tout à la maison et qu’ils ont TOUT essayé donc ils l’enferment 8 heures d’affilées dans une cage. Parce que leur chien n’est pas du tout sociable avec les autres. Parce que leur chien est méga réactif pour tout alors qu’il a un collier étrangleur et une laisse courte. Parce qu’il pisse dans la maison en rentrant de balade alors qu’ils ne lui laissent pas le temps de faire pipi + dans une zone avec trop de stimulations. Parce qu’ils pensent qu’un jardin ou qu’une balade de 10 minutes en laisse suffisent à le dépenser physiquement et cognitivement blablabla

Et parfois même, ils pensent à s’imposer par la violence pour ne pas se laisser « dominer » par leur chien ou à le laisser sur le bon coin parce que c’est chiant un chien pour partir en vacances !?

Enfin bref, plus je lis tout ça et plus ça m’amène à me demander : pourquoi les gens adoptent-ils un chien ? En effet, je pense que le problème n’est pas les chiens mais bien les humains qui les adoptent.

Je n’ai bien évidemment pas la réponse à cette question. Mais cet article a pour but de faire réfléchir les propriétaires de chiens actuels ou futurs à prendre le temps de cogiter avant de prendre cette décision lourde de conséquence.

À savoir qu’un chien c’est du bonheur, c’est une relation hors pair qui, pour moi, est indispensable dans ma vie de tous les jours. Pourtant ce n’est pas une décision à prendre à la légère.

Quand j’ai eu Eliott, j’avais 17 ans, une vie bien remplie entre les études de psycho et les sorties et j’ai vite dû me plier à ses besoins. Ne pas aller boire de verres directement après les cours pour rentrer le promener. Économiser pour pouvoir lui acheter ses jouets, lui faire des cadeaux, prendre du temps même en période de travail intense pour le divertir un peu etc.

En y réfléchissant, je ne sais pas pourquoi on a acheté un chien. Je sais juste que j’ai été élevée dans cette ambiance : des parents passionnés par les animaux donc automatiquement ça m’est tombé dessus. Pour moi c’était plutôt une évidence de vivre avec un chien et pas une décision très réfléchie. Par contre du côté de mes parents c’était plus réfléchi : j’ai dû prouver que je pouvais être responsable (montrer que mon planning pouvait accueillir un chien, faire des listes des obligations que je devrais avoir etc.). De leur côté, ils ont pensé aux galères pour le garder et les frais vétos (du coup ils m’aident toujours quand j’ai besoin que quelqu’un le garde ou que j’ai besoin d’argent pour payer des frais vétos exorbitants) etc. Maintenant je les remercie d’y avoir réfléchi pour moi, ce n’est clairement pas une décision qu’un enfant ou un ado peut prendre.

Maintenant, avec la distance « d’adulte » et ma spécialisation dans les relations humain-chien j’ai bien pris conscience de toutes les galères que ça peut être.

Donc tant de questions avant de prendre un chien auxquelles je n’avais pas pensé du haut de mes 17 ans et que je comprend maintenant qu’Eliott a 10 ans.

  • L’éducation ça prend du temps. Le chien n’est pas livré dans un package, j’en parle TOUT LE TEMPS. Il faut prendre le temps de lui apprendre nos règles de façon cohérentes (règles qu’on fixe en compromis avec ses besoins et envies) et qu’il les comprenne. Donc il faut se préparer aux « bêtises » et au self control pour devenir patient (oui, je sais c’est chiant quand tu rentres d’une grosse journée de boulot et que ton chien a pissé parce qu’il n’en pouvait plus, mais ce n’est pas une raison pour se décharger sur lui).
  • Vous devez choisir un chien adapté à votre mode de vie et adapter votre mode de vie à lui. Je ne suis pas hyper fan de typologiser les chiens selon les races sachant que chaque être est différent mais soyons clairs, on ne peut pas négliger certains patterns (même si au final ils vont plus ou moins s’exprimer selon chaque individu !). Renseignez-vous sur les origines de la race. Je vais pas toutes les décliner mais, par exemple, les bergers et les primitifs sont des chiens avec des gros besoins cognitifs et physiques, ils ont donc besoin d’humains présents qui les challengent un peu. Les molosses auront besoin de moins marcher mais auront un caractère protecteur et auront plus tendance à garder la maison et donc aboyer à la vue d’un étranger. Ce sont des choses à prendre en compte. Moi ça me met toujours en rogne quand j’entend des gens dire « oh ce jack russell est insupportable il déborde tellement d’énergie qu’il nous mord » et là tu vois que le jack a 10 min de sortie par jour dans un environnement mega stimulant et que globalement il a juste été choisi parce qu’il était « mignon ». Et je me répète mais on peut évidemment, on peut trouver un border collie accro à la sieste comme un chihuahua qui a beaucoup besoin de se dépenser.
    • Résultat : vous saurez exactement quoi faire une fois que vous vivrez avec la boule de poil et vous devrez vous adapter en fonction
  • Un chien a besoin d’être sorti plusieurs fois par jour. Ses sorties sont le seul moment où il peut profiter d’un nouvel environnement, se dégourdir les pattes ET se dépenser cognitivement. Ce n’est donc pas à négliger et il faut parfois faire des concessions pour prendre ce temps si important pour lui. Pour le laisser profiter de tout ça, il faut soit qu’il soit libre dans un endroit sécure, soit avoir une laisse longue et lui permettre de renifler tout ce qu’il veut (Petit article sur les effets de la longueur de la laisse). S’il n’a pas cela, il sera malheureux, s’ennuiera et a des chances de devenir destructeur/stressé etc.
    • Le jardin n’est bien évidemment pas une sortie, il peut être une alternative quand on a vraiment pas le temps ou être le lieu de la balade sanitaire de nuit mais il ne vaut pas une vraie balade -> le but premier est de sortir son chien de son environnement habituel, qu’il voit et renifle autre chose que ce avec quoi il est non stop
    • Les promenades permettent également de créer des relations sociales qui sont indispensables au bon développement de votre chien. Evidemment, la socialisation ça s’apprend et votre chien peut être sélectif dans les chiens qu’il veut rencontrer (non votre chien n’est pas obligé d’interagir avec tous les chiens qu’il rencontre). Que ça soit aux humains ou aux autres chiens, il faut donner les bases à votre chien pour bien se comporter. Par exemple, ne pas rendre la balade tendue, ne pas appréhender, ne pas forcer le contact, pouvoir détourner etc.
  • On doit plus s’organiser pour les vacances. Savoir s’il peut venir avec nous, comment on s’organise pour qu’il soit bien, faire les papiers administratifs nécessaires quand on voyage à l’étranger etc. S’il ne peut pas venir, il faut savoir ce qu’on fait : pension, ami, famille. Il faut savoir que les gens ne sont pas tout le temps disponibles quand on en a besoin et avoir un budget si on doit prendre une pension à la dernière minute.
    • petite parenthèse : avoir une pension est un METIER, c’est la garantie d’avoir quelqu’un qui sait gérer en cas d’urgence : premier secours si votre chien s’étouffe avec une noisette ou qu’il se fait tamponner par une voiture par exemple
    • petite parenthèse n°2 : regardez bien les avis avant de choisir une pension et évidemment choisissez quelqu’un avec une approche positive histoire de ne pas vous retrouvez avec un chien cassé
  • Avoir un chien coûte de l’argent : nourriture, jouets, vaccins, stérilisation etc. Aussi, un chien peut tomber malade et un chien vieillit. Il faut prévoir de prendre une assurance ET/OU de mettre de l’argent de côté au cas où. On n’est jamais à l’abri d’un problème de santé.
    • Il y a des problèmes de santé mais aussi des problèmes de gestion de la cohabitation où il faudra faire appel à un éducateur/comportementaliste. Ça peut rentrer dans vos frais car c’est une dépense qui peut être indispensable.
  • Un chien c’est sale et ça pue. Oui c’est pas glamour mais c’est la vérité. Les chiens adorent renifler du pipi, se rouler dans des trucs crados (carcasse en forêt bonjour). Pourtant, les douches doivent être limitées à maximum 1 fois par mois (en dehors des cas de saleté intense), moins vous en ferez, mieux sa peau se portera (à moins qu’il ait besoin de bains réguliers pour des problèmes de peau). En plus, ça perd ses poils plus ou moins selon les périodes mais clairement à moins de faire le ménage tous les jours vous n’aurez jamais un appartement sans poil donc si vous ne supportez pas les poils, prenez une peluche
  • Quand on a un chien on doit développer du self control. Parfois on a des gros changements de vie qui vont nécessiter un fort besoin d’adaptation pour vous et votre chien : déménagement, séparation, naissance. Il faudra donc supporter votre stress et son stress à lui. En effet, ce type de changements peuvent être très bouleversants pour votre chien qui peut se mettre à avoir des comportements un peu chiant qu’il n’avait pas avant -> à vous de gérer, si besoin avec l’aide d’un professionnel 😉
  • On doit faire des efforts pour son chien. Le bien-être de votre chien et votre relation avec lui doivent passer avant tout. On ne se bat pas contre son chien, on avance avec lui. Donc si on a du mal à avancer, on doit cogiter sur ce qui ne va pas au lieu de trouver des alternatives barbares type cage, collier étrangleur, collier anti-aboiement, éducation coercitive etc.

Bref, un chien c’est génial mais ça demande du boulot, comme un gosse en fait ! Parfois c’est faisable, parfois ça amène à beaucoup plus de compromis et c’est fatiguant. Mais quoi qu’il arrive, c’est VOUS qui avez choisi de vivre avec lui, vous devez donc faire les efforts nécessaires pour que sa vie soit la meilleure possible.

Je finirais tout ça pour dire que si vous ne vous en sentez pas capable, ne prenez pas un chien, il y a pleins d’autres moyens d’être en contact avec des chiens que d’en avoir un « à soi »: vous pouvez proposer de promener des chiens dans votre quartier ou même mieux aller faire du bénévolat dans des refuges ! Et si vous ne vous en sentez plus capable, ne l’abandonnez pas comme une merde sur le côté de l’autoroute ou refilé sur le bon coin, contactez une association qui vous aidera dans son replacement.

Avec toute ma bienveillance,

Un commentaire

  1. Bonjour, merci beaucoup pour votre article.
    En tant que jeune éleveuse consciencieuse, j’ai à cœur de bien placer les chiots que j’élève avec attention.
    Si vous le permettez, je donnerai lors de la visite de réservation votre article, pour bien sensibiliser les acheteurs à toutes les difficultés qu’ils pourraient avoir.
    Avec mes remerciements, à très bientôt !😊

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s