Publicités

Les signaux d’apaisement / Rugaas.

51ph9fylp4l-_sx317_bo1204203200_

(Ceci n’est qu’une brève synthèse de ce que j’en ai compris, je vous invite vivement à acheter le livre qui ne coûte que 15€ et est très complet : beaucoup d’exemples très bien choisis qui vous aideront à repérer les signaux d’apaisement)

Les signaux d’apaisement sont des expressions comportementales canines permettant au chien de se faire comprendre auprès des chiens/humains et de comprendre les autres chiens. Les connaître est une base indispensable pour comprendre le chien et communiquer avec lui et surtout respecter ce qu’il nous dit. Ils sont employés en prévention pour éviter les menaces des humains et des animaux non humains, calmer la nervosité, la peur, le bruit ou toute chose désagréable. Cela leur permet de s’apaiser ou d’apaiser un congénère (humain ou non humain), c’est un signal qui dit « cette situation ne me plaît pas ». Je découvre cela, mon chien a maintenant 6 ans et je regrette de ne le découvrir que maintenant alors qu’Eliott a franchement du mal avec les autres chiens depuis qu’il est arrivé à la maison. Cependant, Rugaas commence le livre avec l’exemple de sa chienne Vesla qui avait des (grosses) difficultés de communication et est aujourd’hui particulièrement équilibrée. Aujourd’hui, Vesla arrive à apaiser/communiquer avec tous les chiens et n’est déstabilisée par aucun. Rugaas explique que cela a pris du temps mais qu’elle et ses autres chiens ont appris à Vesla à être plus douée en communication. Cela donne beaucoup d’espoir, un chien peut donc apprendre à mieux communiquer, que ça soit avec les chiens ou les humains, et là l’apprentissage par imitation sociale montre tout son intérêt. J’ai très vite remarqué qu’Eliott avait des difficultés dans la communication avec les autres chiens. Il a en effet très peur des chiens. Ses premières réactions étaient de la fuite. Aujourd’hui, il se comporte de la même façon face à un chien qui montre de l’agressivité ou qui veut jouer. Il ne sait pas communiquer : que ça soit dans ce qu’il comprend ou dans ce qu’il émet. La raison ? Je ne sais pas et je pense que cela vient d’une intrication de facteurs. Il a peut-être été séparé trop tôt de sa mère, quand il était petit il a fait quelques mauvaises rencontres et j’ai eu tendance à être trop protectrice avec lui ce qui ne lui a pas permis de bien se socialiser. J’ai aussi écouté des conseils me disant de ne surtout pas le caresser lorsqu’il avait peur. Là, j’ai fait également une grosse erreur, depuis que je le rassure pendant la présence d’autres chiens, ça va beaucoup mieux. Et aujourd’hui avec le livre de Rugaas je découvre qu’il manque de savoir dans le « communiquer en chien ». J’ai donc décidé de lui apprendre, comme elle a fait avec son chien. Et de le mettre le plus souvent en contact avec des chiens stables dans leur tête. Avant de lui apprendre à mieux communiquer, il faut repérer les signaux d’apaisement. Ils sont très bien présentés dans le livre avec une description de chacun et des exemples clairs. Il faut soi-même apprendre à les remarquer, ils peuvent parfois être minimes aux yeux d’un humain. Cela demande donc de l’observation et de la patience.

11924756_751573708285664_6246962175189268282_n


Voici les signaux d’apaisement selon Rugaas :

  • tourner la tête : mouvement rapide ou le chien garde la tête sur le côté plus longtemps
    • par exemple, beaucoup de chiens font ça quand on les prend en photo
      • Eliott le fait à chaque fois qu’il rencontre un chien à environ 1mètre on peut soi-même utiliser cela face à un chien inquiet ou qui aboie/grogne
  • plisser les yeux : cela permet d’avoir un regard moins menaçant, non direct
    • (regardez, on le voit sur la plupart des photos qu’on voit sur facebook)
    • peut être aussi facilement utilisé par l’humain
  • se détourner : se tourner sur le côté ou présenter son dos
    • il peut le faire envers un chien ou un humain quand il se sent menacé, un chien qui arrive en courant ou son maître qui s’égosille sur lui
    • on peut l’utiliser lorsque le chien vous saute dessus de manière persistante par exemple ou qu’un chien est trop nerveux ; utile pour les gens ayant un gros chien qui a tendance à vous sauter dessus quand vous rentrez du travail
  • se lécher la truffe : de la même façon que lorsqu’on lui présente de la nourriture
    • par exemple quand on se penche sur lui ou qu’on le tient dans les bras
      • Eliott le fait quand quelqu’un d’autre que moi met ses bras autour de lui pour lui faire un câlin, cependant il ne le fait pas avec les enfants doux avec lui
  • se figer : par exemple lorsqu’un chien arrive brusquement et commence à le renifler
    • le chien peut le faire quand son maître, par exemple, mécontent que son chien ne lui obéisse pas lui hurle dessus, il ne fait pas ça pour énerver son maître mais pour l’apaiser –> exemple typique du chien qui ne vient pas au rappel
  • les mouvements lents : le chien ralentit littéralement
    • il peut le faire en la présence de congénères excités ou dans un environnement stressant
      • lorsqu’on est en ballade et que je rappelle Eliott, il est arrivé que celui-ci tarde à revenir, si je crie, il revient tout doucement, ce qui avait tendance à m’énerver encore plus ; maintenant j’ai compris, je ne crie plus, je prend une voix enjouée et s’il ralentit, je détourne le regard pour l’apaiser à mon tour et il revient très vite
  • la position de l’appel au jeu : bien connu de tous, le chien se pose sur ses deux pattes avant et peut sauter d’un côté puis de l’autre
    • de cette façon, le chien montre qu’il veut être copain avec son congénère et donc qu’il n’a pas de raison de se sentir menacé
  • s’asseoir : en général en montrant son dos
    • il peut être utilisé dans le noir par exemple où les expressions faciales d’apaisement sont moins visibles
    • on peut l’utiliser soi même, par exemple quand on a des invités et que le chien est tendu, le fait que tout le monde s’assoit permet qu’il s’apaise
  • se coucher : signal très fort d’apaisement
    • on peut l’utiliser aussi avec son chien, cela l’apaise très rapidement
  • bailler : évidemment cela n’est pas un signal quand le chien vient de se réveiller
    • c’est un signal facile à utiliser soi-même pour apaiser son chien ou un de ses congénères
  • flairer : de façon rapide ou plus longue
    • souvent employé chez 2 chiens qui se rencontre quand un est un peu trop excité
      • je le remarque souvent avec Eliott qui, en présence d’un autre chien ou d’un adulte un peu insistant, se met à renifler le sol jusqu’à ce que la « menace » soit écartée
  • contourner : souvent en ralentissant
    • on peut le faire soi-même facilement avec un chien, toujours dans cette idée d’éviter le contact direct en face à face qui peut être vécu comme menaçant
  • s’interposer : le chien se place entre des chiens ou des humains
    • on peut le faire avec son propre chien lorsque celui-ci est tendu, on s’interpose entre lui et la menace
      • cela me rappelle une ballade où j’avais Eliott et Demon un chiot de 2 mois que j’avais recueilli (il a aujourd’hui bien grandi et est dans une super famille), nous étions également avec Hayron le pitbull d’un ami. Hayron était avec son maître un peu plus loin et je jouais avec les 2 chiens, un pinscher a surgi et a commencé à sortir les crocs, sans qu’on ait eu besoin de l’appeler Hayron s’est interposé et l’autre chien est reparti tranquillement et nous avons continué de jouer
  • remuer la queue : ce signal est intéressant car souvent relié à un signe de joie alors que parfois le chien le fait pour signifié qu’il est mal à l’aise
    • par exemple si le chien rampe, gémie et se fait, dans le pire des cas pipi dessus, lorsque vous rentrez et qu’il a fait une bêtise, ce n’est pas de la culpabilité mais de la peur car il voit votre langage corporel ; dans ces cas-là ne pas crier, ne pas montrer au chien sa bêtise mais au contraire l’apaiser
  • la patte levée : caractéristique du chien de chasse quand il flaire une proie peut être également un signal d’apaisement

Évidemment, le chien peut utiliser plusieurs de ces signaux : d’abord tourner la tête et si la « menace » persiste se détourner. Il peut faire des tests, voir ceux qui marchent à tous les coups et sinon les compléter avec d’autres signaux plus efficaces. Maintenant il ne vous manque plus qu’à identifier ces signaux et comme je l’ai dit cela demande d’être patient : voir le contexte, la fréquence de répétition etc. Le plus important est de toujours se dire que le chien communique avec vous par son propre moyen de communication, à vous de vous adapter. Crier ne sert à rien, bien au contraire. Parlez doucement avec cohérence et stabilité, votre chien vous comprendra mieux. Enregistrez bien ces signaux et n’hésitez pas à les utiliser pour compléter le langage oral qui n’est pas une base pour les chiens.

Quelques signaux d'apaisement.
Quelques signaux d’apaisement.

Petite vidéo sympa

Éducation canine

Publicités

Mignox View All →

passionnée par les animaux et diplômée de psychologie, j'entame un doctorat sur le bien-être canin en zoothérapie. Ce blog est l'occasion de partager mes connaissances que ça soit sur la médiation animale ou sur la relation plus globale avec son chien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :