Dog Revolution (1 & 2 octobre 2016)

De retour de, je pense, la conférence qui m’a le plus marquée ! En effet, une réunion de professionnels autour du chien … que demande le peuple ! Je savais que j’allais apprendre beaucoup de choses mais à ce point c’était vraiment génial !

En plus, cela m’a reboostée dans mon projet de bosser avec les chiens au niveau de l’éducation et de la médiation animale mais également dans mon projet de thèse ! Parce qu’en plus d’être des gens intéressants de professions diverses ils étaient tous concernés par le bien-être du chien… et l’éducation positive youhou !

Je pourrais pas décrire chaque intervention parce que ça serait trop long mais je vais vous dire de quoi on a parlé globalement et ce qui pourrait vous intéresser.

PS : Je vous met à chaque fois le nom de ceux qui sont intervenus si vous pouvez lire leurs travaux ou vous renseigner sur leur pratique.

  • La première partie (Antoine Bouvresse et Mélodie Pichoir), qui était sur les tendances comportementales, les élevages et la sélection, a été celle où j’ai le plus appris et où j’ai été le plus perturbée.
    • En effet, les critères de sélection des élevages manquent cruellement sur le tempérament du chien et se basent plus sur le standard et les critères de beauté.  Pourtant, ce qu’on recherche chez un chien devrait plus être qu’il soit social et bien dans ses pattes plutôt qu’il soit joli selon des critères qui ne sont pas toujours bons pour sa santé !
    • Ce qui m’a le plus posé question c’est les élevages en lignée qui ont pour objectif de faire reproduire les « numéro 1 » mais ont quand même beaucoup de conséquences néfastes vu qu’ils utilisent la consanguinité. Le pire pour moi étant l’hypertype et ayant un bouledogue ça me touche personnellement du coup ! Même quand on voit les nouvelles races comme les boulam bully trop petits, trop larges avec de nombreux problèmes aux niveaux cardiaques et respiratoires.
    • Je vous invite à lire le rapport CGAAER (2015) qui résume bien les problèmes liés à cela : en particulier sur la fertilité mais également les conséquences de ces reproductions : baisse fertilité, défauts congénitaux, asymétries, augmentation mortalité néonatale etc.
  • On a parlé des « mottor patterns » ou patrons moteurs* qui ont été étudiés par Coppinger & Coppinger en 2004. Globalement cela désigne des exagérations de comportements qui sont bien évidemment selon le type de chien. Et c’est là qu’on voit que la plupart des chiens sont produits pour des comportements pour lesquels on les punit, on les empêche et donc ils finissent par développer des problèmes comportementaux.
    • explication p.16 ICI
    • Je ne doute en aucun cas qu’il y ait de bons éleveurs mais effectivement certains ne s’occupent pas de l’adéquation entre les demandes du client et les besoins biologiques du chien. C’est comme ça, par exemple, qu’on se retrouve à voir des border collie avec pleins de troubles du comportement car leurs tendances comportementales ne sont pas respectées.
  • Ensuite on a parlé de tout ce qui est socialité chez le chien (Nicolas Cornier et Séverine Belkhir), le besoin de commencer la socialisation et l’éducation précocement (afin de profiter de la période critique) et progressivement. Quand on adopte un chien, quel que soit son âge d’ailleurs, on lui demande des choses qu’il n’a pas appris naturellement : la propreté, la marche en laisse, etc. Si on fait cela trop vite on ne respecte pas son rythme d’apprentissage et c’est là qu’on risque d’oublier des choses et/ou de lui enlever l’envie d’apprendre. D’ailleurs, on le voit bien les propriétaires veulent souvent punir leur chiot de 4 mois parce qu’il n’est pas propre, leur chien qui ne sait pas marcher au bout d’une semaine d’apprentissage etc. Il faut vraiment concevoir l’éducation du point de vue du chien et le fait qu’on lui demande des choses qu’il ne connaît pas d’une façon qu’il ne connaît pas, il faut donc prendre le temps de le comprendre et de s’adapter.
  • L’aspect éducation positive de cette conférence s’est bien ressenti. J’ai apprécié que les intervenants précisent que les interactions entre les chiens ne peuvent être comprises dans leur globalité si on ne s’intéresse qu’à des comportements hiérarchiques. Le répertoire comportemental du chien est beaucoup plus développé et il est important de faire attention à tous ces comportements pour mieux comprendre les interactions entre chiens et inter-spécifiques. Il faut donc faire attention à ne pas se focaliser sur cette histoire de dominance qui n’est pas la seule manière dont les chiens structurent leurs relations sociales et qui ne correspond clairement pas aux interactions avec l’humain.
  • Une intervention sur la cognition du chien (Éléonore Buffet et Charlotte Duranton) était super intéressante et devrait être connue de tous les propriétaires de chiens. Elle mettait en avant le fait que le chien n’a pas la même perception que nous et si on veut le comprendre il faut percevoir le monde de son point de vue.
    • Un fait intéressant et indispensable pour l’éducation et une bonne relation, même si logique ! Les chiens sont attentifs à notre langage corporel que ça soit notre posture ou nos yeux.
    • On a aussi parlé de les notions de bêtise et du regard coupable que certains pensent voir chez leur chien et qu’on voit presque tous les jours sur les réseaux sociaux. Une expérience a montré que ce regard pouvait être fait lorsqu’un chien n’a pas fait de bêtise et qu’un chien ayant fait une bêtise pouvait aussi ne pas l’avoir. En réalité le chien répond donc à l’état émotionnel du propriétaire et à ce à quoi il a été habitué. Il enverra donc des signaux d’apaisement et les caractéristiques de ce « regard coupable » lorsqu’il aura reçu des apprentissages négatifs. Par contre dans un cadre positif, il aura beau faire des bêtises il ne présentera pas ce regard puisqu’il n’aura pas besoin d’apaiser son maître.
    • Par ailleurs, le chien utilise aussi le référencement à l’homme. Et donc face à une situation ambigüe il réagira comme son maître. La façon dont vous vous comportez influe donc beaucoup sur la façon dont votre chien va agir ! Voilà pourquoi un maître en tension permanente sur la laisse et qui aurait tendance à crier sur son chien aura un chien très excité et avec des comportements plutôt aversifs.
    • + l’exposition répétée à des situations aversives va provoquer un biais négatif chez le chien et donc une attente de quelque chose d’aversif qui va venir altérer son apprentissage, ses interactions etc.
  • Les activités exploratoires sont un besoin (Séverine Belkhir, Sonia Kischkewitz) ! En effet, les balades uniquement dans le jardin ou en extérieur au bout d’une laisse courte ne permettent pas au chien d’explorer son environnement comme il se doit et donc de travailler ses capacités cognitives (ça paraît évident mais beaucoup de gens zappent cet aspect).
    • –> Le manque de dépenses physiques et cognitives donnent lieu à du stress, de la frustration et de l’ennui et donc à des comportements gênants. Pensez donc par exemple à donner des jouets à mastiquer à votre chiot/chien, ça évitera peut être qu’il détruise la maison 😉
    • Pareil pour les tendances comportementales, il est impératif de les comprendre et de les respecter afin d’avoir un chien équilibré et donc bien dans ses pattes.
  • On a parlé des indicateurs de mal être chez le chien :
    • état de santé : perte d’appétit, pathologies cutanées etc.
    • physiologiques : fréquence cardiaque, respiratoire etc.
    • comportementaux : agression, destruction, automutilation etc. et les plus connus : cpts stéréotypés comme tourner sur soi-même, éliminations inappropriées
    • / ! / Attention ces indicateurs doivent vous alerter lorsqu’ils sont trop fréquents ou quand leur fréquence change. Ici il faut savoir si les indicateurs provoquent le mal-être ou si c’est le le mal-être qui provoque ces indicateurs.
  • Une intervention très pertinente et pour moi très instructive a été faîte sur le rôle du véto vis-à-vis du chien mais également de son humain (Thierry Bedossa et Caroline Gilbert). La démarche clinique est très intéressante et me fait un peu penser à un entretien psy : entretien + explications sur les besoins biologiques (du chien).
  • Parenthèse sur l’identification des signaux d’apaisement : par exemple les gens qui caressent leur chien alors que le chien n’aime pas ça → cf étude de Coren où 80% des chiens dans les bras de leur propriétaire envoient des signaux d’apaisement. C’est d’ailleurs ce qu’on voit souvent sur Facebook : des gens qui font des câlins à leur chien et le chien est clairement pas à l’aise. Le pire c’est dans les vidéos pour montrer que « mon chien est cool avec les enfants », on voit des chiens qui envoient tous les signaux et malheureusement le chien peut être super cool il y a un moment où s’il voit que les signaux ne servent à rien il passera à l’étape supérieure.
  • Une éthologue-psychologue (Sarah Jeannin) évoque le fait de repérer la souffrance psychologique du propriétaire du chien car celle-ci a des répercussions sur le bien-être et la qualité de vie du chien. c’est évident mais peu de gens le prennent en compte. Les chiens sont des éponges émotionnelles, on le voit quand on se sent pas bien : notre chien change de comportement. Il faut donc faire attention à notre façon d’appréhender l’environnement car le chien fera de même : être trop angoissé, trop aversif etc. Pareil dans l’éducation, plus on positive plus le chien sera positif et aura envie d’apprendre et de nous/se faire plaisir.
  • Une réflexion mega intéressante sur le statut du chien de service (Céline Louvet)
    • En effet, celui-ci est disponible H24 pour aider une personne vulnérable. Ils sont constamment en hypervigilance, en déplacements constants et en hyperadaptabilité. Pas mal de réflexions éthiques sur ces chiens, ce qu’ils y gagnent, le respect de leurs besoins etc.
    • Il faut donc respecter ses besoins éthologiques : temps de repos, balades en liberté avec ses congénères etc.
    • Humainement être auxiliaire de vie H24 est impossible. Donc pourquoi ça devrait l’être chez le chien ? Par exemple, avoir 2 chiens permettrait d’alterner les phases de travail.
    • Par ailleurs, réflexion personnelle sur l’éducation de ces chiens, on en voit beaucoup au collier étrangleur qui sont clairement à bout de tout faire pour leur maître et rien pour eux. Pourquoi leur faire subir ça alors qu’ils sont des aides non négligeables voire indispensables.
    • En contrebalencement, j’ai été ravie car dans la salle, il y avait une jeune dame avec son chien-guide et clairement ce qu’il se passait entre eux était juste magnifique : de la confiance, du respect etc. un réel travail en binôme et ça ça fait plaisir !!
  • L’intervention sur la communication intuitive était très intéressante (Emmanuelle Buffet). Pratique peu connue et pleine de mystères, ça m’a pourtant donné envie de tester pour par exemple mieux comprendre la peur des chiens d’Eliott, ce qu’il a vécu jusqu’à ses 2 mois etc.
  • Nous avons terminé cette conférence par des cas pratiques (Irène Sautelet, Éléonore Buffet et Séverine Belkhir, Julia Deubel, Valérie Goncalves) que je ne décrirais pas car il fallait le voir pour le comprendre. Mais globalement, le respect des besoins du chien et le fait de se baser sur l’aide que peuvent apporter les autres chiens est très intéressante (–> apprentissage social !!).
  • Par ailleurs, cela m’a fait une prise de conscience sur la pertinence du replacement et le fait que certains maîtres font mieux de replacer leur chien plutôt que de le garder sans le comprendre et en étant violent physiquement ou psychologiquement avec lui parce qu’ils se sentent débordés.

J’ai choisi de ne pas évoquer la partie juridique et sociale qui étaient pourtant très intéressantes mais je suis moins à l’aise dans ces domaines pour pouvoir vous en faire un résumé.

Bilan

  • apprentissage social intraspécifique à étudier
  • importance du langage non verbal
  • connaître son chien : ses besoins mais aussi ses habitudes comportementales

 


En lien

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s