Education positive et traditionnelle, explication !

Avant de commencer, je précise pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis à fond dans l’éducation positive et « éthologique ». C’est à dire que je fais tout pour que mon chien puisse s’adapter tranquillement à ma vie d’humain tout en profitant de sa vie de chien et en respectant son rythme, en m’adaptant moi. En effet, je pense que les chiens se cassent déjà assez la tête pour s’adapter à nous (par leur communication, le fait de faire ses besoins/manger à heures régulières, apprendre la marche en laisse etc.) du coup nous aussi, les humains, on doit faire un effort !

Je précise donc que toute personne totalement fermée d’esprit ne bénéficiera pas de la lecture de cet article qui est donc centré sur le bien-être du chien.

Pour les autres ! Je vais donc tenter dans cet article, de définir ce qu’est l’éducation en positif et ce qu’est l’éducation traditionnelle et pourquoi j’ai fait mon choix donc. Comme dans un mémoire, je vais commencer par le négatif et finir sur le positif.

Pour aller plus loin, les épisodes du podcast consacrés :

Les méthodes traditionnelles

C’est difficile de faire un article sur une méthode à laquelle on est opposé mais ça me semble important pour les jeunes adoptants de chien et pour ceux qui utilisent cette méthode sans s’intéresser aux conséquences de prendre le temps de le faire. Je ne vais donc pas prôner cette méthode mais mes critiques seront argumentées !

Qu’est-ce que les méthodes traditionnelles ?

Au niveau des pensées et comportements, souvent ces méthodes regroupent les concepts de trait de personnalité dominant et soumis chez le chien, de dominance inter-espèce, de la nécessité de s’imposer comme le chef de la meute, le comportement du loup, la punition positive, l’utilisation d’outils douloureux (collier étrangleur, collier électrique par exemple) etc. (voir article sur ces concepts).

Plusieurs problèmes sont regroupés dans ces pensées (attention liste non exhaustive !):

  • Tout d’abord, ces méthodes sont composées de pensées, de comportements et d’outils qui sont obsolètes. Du coup quand on regarde les recherches scientifiques récentes sur la communication canine mais aussi les comparaisons de méthodes d’éducation on comprend vite que ce n’est pas ce qui est de plus efficace.
    • « De nombreux propriétaires de chiens sont encore influencés par l’idée de domination dans les entraînements basés sur des croyances selon lesquelles les chiens sont similaires aux loups. Malheureusement, cette approche encadre la relation de propriétaire de chien en termes antagonistes, suggérant que les chiens doivent obéir aux gens par respect et que le propriétaire doit être «dominant». Cette approche conduit à des incompréhensions du comportement canin et encourage directement les gens à utiliser des méthodes de confrontation, telles que les «rouleaux alpha». » (Todd, 2018)
  • Ensuite, l’utilisation de ces concepts pour qualifier la relation homme-chien n’est pas basé sur un pied d’égalité où chacun fait des compromis dans la relation : on dirige et le chien doit obéir. Attention, je pense que c’est important pour des questions de sécurité (par exemple un chien DOIT avoir un bon rappel) mais pour pleiiiiiiins d’autres choses ça n’a aucun intérêt : le chien qui marche au pied totalement, pour moi, c’est une aberration. Je trouve qu’il y a aussi beaucoup d’intolérance à la frustration : on ne laisse pas le choix au chien et tout de suite on va vouloir corriger ce qu’on pense « négatif » alors que c’est normal pour le chien….
  • Enfin, où se trouve le bien-être du chien ? Un chien a des BESOINS, des préférences, des peurs et il est important de les prendre en compte et donc de ne pas être dans une position où on contraint l’animal.
    • Une revue de la littérature a mis en avant que l’utilisation de techniques aversives causent potentiellement de la peur et/ou du stress (Ziv, 2017) = cela va contre le concept de bien-être dont un des prérequis est l’absence de stress
  • Pour finir, certaines personnes prônent cette méthode parce que « ça marche ». Oui, ok mais à quel prix ? sur le long terme ? À mes yeux, la méthode traditionnelle est la méthode de la simplicité. Je m’explique : on bride le chien, sous la contrainte, et le chien devient docile et il ne fait plus rien qui pourrait nous agacer. C’est ce qui arrive en punissant chaque « mauvais comportement ». On ne cherche donc pas à comprendre le comportement mais à le stopper et de façon rapide. On ne cherche pas non plus la liberté du chien dans ses choix de comportements.
    • De nombreuses études démontrent les effets négatifs de l’utilisation de techniques d’entraînement aversives telles que l’augmentation des problèmes d’agression, de stress et / ou de problèmes de comportement et un regard réduit sur le propriétaire, ce qui peut avoir des implications pour le lien humain-animal et la formation future.
    • Toujours dans la même revue de la littérature (Ziv, 2017) : les techniques aversives peuvent même être moins efficaces que les techniques positives dans l’enseignement des comportements souhaités.
    • Une étude exploratoire de Deldalle et Gaunet (2014) montre que des effets différentiels des 2 méthodes d’entraînement (R+ et R-) sur le comportement des chiens : moins de signaux de stress et attention plus focalisée sur son humain dans le renforcement positif –> les méthodes d’éducation basées sur le renforcement positif sont moins stressantes

J’ai évoqué la punition positive, qui est présente dans les outils utilisés : on retrouve le collier étrangleur (ou sanitaire/d’éducation). Pourquoi ça marche ? Le chien va éprouver une douleur (que ça soit par acoups ou en tirant et du coup il va arrêter son comportement. On voit donc que, clairement, on recherche le confort pour l’humain plutôt que le bien-être du chien. Parce que oui, le collier étrangleur est douloureux (à voir) !

Le problème est qu’encore beaucoup d’éducateurs utilisent ces méthodes qui sont soit disant non nocives. Je pense que la base de la base quand on choisit une méthode c’est de regarder son chien : est-ce que votre chien a l’air épanoui ou est-ce qu’il montre des signaux d’apaisement voir de la peur ? ça prend quelques minutes et pas besoin d’être un spécialiste en comportement canin pour voir ça… Avant de choisir un éducateur, regardez les vidéos qu’il poste. En effet, beaucoup postent pleiiiins de vidéos sur facebook/youtube, ne regardez pas avec des a priori mais avec des yeux neufs, prenez une feuille et notez les signaux d’apaisement du chien, l’orientation de son corps. Si le chien envoie 3000 signaux, que son corps est figé, qu’il essaie de partir… Fuyez ! Personnellement, j’ai envie que mon chien prenne du plaisir à être à mes côtés et à faire ce que j’attends de lui, pas qu’il me craigne !

Bon à savoir : Est-ce que votre éducateur utilise les méthodes traditionnelles ? Oui, si :

  • il vous conseille le collier semi-étrangleur, étrangleur, torquatus etc. afin de mieux maîtriser votre chien
  • il crie (hurle aussi) pour donner des ordres
  • conseille le « coup de sonnette » pour apprendre la marche au pied et remettre le chien « en place »
    • cela m’énerve particulièrement, c’est vraiment de la souffrance gratuite
  • éduque votre chien à votre place en ne vous laissant pas créer de relation de confiance avec lui
  • épuise en soumettant le chien psychologiquement et/ou physiquement pour que celui-ci soit plus docile
  • ne laisse pas les chiens sans laisse ni collier se découvrir
  • utilise la peur/la contrainte pour que le chien écoute
  • empêche votre chien d’exprimer son mécontentement type grognements
  • etc.

Si votre éducateur fait ça, sincèrement je vous conseille d’aller voir ailleurs. Ces méthodes peuvent faire de réels dégâts sur votre chien et votre relation avec lui.

ob_d34e72_dressage-chien-montreal

Bien sûr, beaucoup de clubs canins et de formations prônent encore ces méthodes. Pourtant, beaucoup de recherches ont mis en avant que ces méthodes sont nocives pour l’éducation du chien.


L’éducation positive

C’est très important pour moi d’en parler car il me semble plus qu’important que tous les propriétaires de chiens la connaissent et l’utilisent. De plus, l’image de l’éducation positive est assez négative en France (on l’appelle la méthode bisounours ?!) car elle reste encore peu connue et donc soit les gens sont en tradi et ne veulent pas changer (réfléchir), soit les gens pensent que pour leur chien ça ne marchera pas.

Ce que beaucoup de gens pensent :

  • la méthode d’éducation positive est une méthode où tout est permis pour le chien
  • on passe son temps à lui donner des friandises pour tout et n’importe quoi
  • c’est une méthode efficace uniquement pour les petits chiens gentils
  • le chien va croire qu’il est le « chef de la meute » et donc prendre le dessus LOL

Et bien d’autres… Dès qu’on évoque le positif, les critiques fusent, sans être fondées…

Alors qu’en réalité c’est bien différent ! C’est une approche éducative mais l’objectif n’est pas uniquement l’éducation respectueuse où le chien a des limites pour sa sécurité. C’est avant tout la tentative d’avoir une relation harmonieuse entre humain et chien en le plaçant au même niveau que nous dans le sens où ce n’est pas qu’à lui de faire des compromis.

➡️ ➡️ On cherche donc, dans cette méthode, à avoir une relation de confiance et de respecter au maximum la singularité du chien tout en ayant des règles/limites pour la sécurité du chien.

À mes yeux, dans cette méthode, le plus important est :

le respect du chien dans sa singularité, on ne cherche pas à avoir un chien docile et qui craint son maître, on souhaite un chien qui a une personnalité et des défauts qu’on corrigera/adaptera au maximum avec de la bonne humeur. Chaque chien est particulier, on va donc prendre du temps pour le comprendre et adapter nos demandes. On prône aussi que le chien « parfait » n’existe pas et tant mieux ! Ce qu’on aime chez notre chien c’est ce qui fait qu’il est lui : ses qualités et ses « défauts » 😉

la cohérence: on cherche à être sur la même longueur d’onde, on reste stable dans ce qu’on apprend au chien et on utilise les mêmes signaux verbaux et non-verbaux –> cette cohérence va nous rendre prévisible et donc nos attentes seront clarifier pour notre chien –> pas besoin d’utiliser la force, de casser le chien, juste le considérer comme un partenaire avec qui on communique de façon claire

la relation de confiance : le chien est un partenaire et l’humain est le référent, on ne doit pas le contraindre à répondre à nos demandes mais au contraire il doit faire ça par plaisir ; on souhaite que le chien soit à notre écoute mais nous aussi on est là avant tout pour le comprendre, s’adapter à son mode de communication et de vie. Pour rappel, une relation se construit au fil d’interactions, si celle-ci sont positives la relation sera positive, par contre si celle-ci n’est faite que d’interactions négatives la relation ne sera pas saine.

la compréhension mutuelle humain-chien est primordiale. Le chien n’est pas un être inférieur, bien loin de là, c’est un co-équipier dans l’éducation; il faut donc connaître l’espèce « chien » :  les signaux d’apaisement, le concept de leadership, le fait que le chien n’est pas un loup etc. et surtout observer son/ses propres chien(s) !

‼️ ça marche pour tout le monde : les chiens anxieux, les chiens agressifs, les chiens destructeurs, les petits, les gros etc. en particulier pour les chiens qui ont des difficultés de socialisation et de manque de confiance en l’humain‼️

Comment ça fonctionne ?

Dans cette méthode on utilise le renforcement positif, c’est à dire qu’on encourage les bons comportements et on les récompense de façon à ce que le chien les répète parce qu’il y trouve un avantage. Ces récompenses peuvent être des friandises mais aussi tout simplement des récompenses verbales et caresses (selon ce que votre chien aime) ! La motivation et donc la bonne humeur sont la clef de cette approche. Le chien fait ce qu’on lui demande par plaisir. Pour rester dans un objectif positif, on ignore les mauvais comportements. En faisant ça, on ne renforce pas le comportement en y portant de l’intérêt donc le chien arrêtera au fur et à mesure. L’objectif est également que le chien soit socialisé au maximum à son environnement qu’il soit humain, animal ou non animé, et que ces expériences soient positives et non stressantes.

L’éducation basée sur le renforcement positif est liée à une augmentation des comportements de jeu (Rooney et Cowan, 2011). Il a été prouvé que les chiens aiment travailler pour gagner une récompense qui s’appelle «l’effet Eureka» (McGowan et al., 2014). Cela signifie qu’une éducation basée sur le renforcement positif peut contribuer à un bien-être positif en tant qu’activité d’enrichissement pour les chiens, alors que les techniques d’aversion sont associées à des risques pour le bien-être.

Todd (2018)

On va aussi prendre le temps d’observer son chien : quel comportement il manifeste dans quelle situation et pourquoi, repérer ses signaux de stress, délimiter sa zone de confort dans différentes situations, quelles sont ses peurs et préférences, y-a-t-il des situations stressantes qui reviennent etc. Il n’y a pas besoin d’avoir des connaissances super poussées en éthologie canine, il faut surtout s’entraîner, prendre des notes, repérer les situations qui reviennent et vous verrez que ça sera de plus en plus facile et automatique !

Enfin, évidemment je dirais, dans cette méthode nous n’utilisons pas de matériel qui peut être douloureux ou inconfortable : on privilégie des harnais qui ne bloquent pas les épaules, des laisses/longes d’au moins 1m50. En effet, le but des balades est que votre chien en profite donc autant qu’il soit dans le confort !

renforcement

Vous l’aurez donc compris, cette méthode s’oppose fortement aux méthodes traditionnelles puisque qu’elle propose une éducation sans contrainte ni souffrance morale ou physique. De plus, elle rejette le fait de se placer en chef de meute qui décide de tout tout le temps (voir article « mon chien est dominant« ).

Cette méthode, se base, comme la méthode comportementale en psychologie humaine sur des faits scientifiques et des recherches qui se font de plus en plus nombreuses, par exemple : (voir ici)

  • Ben Alexander et al 2011; Haverbeke et al 2008; Haverbeke et al 2010 –> les méthodes en positif augmentent les performances des chiens au travail
  • Arhant et al 2010; Herron et al 2009 –> la méthode positive provoque une diminution des problèmes de comportement
  • Ben Alexander et al 2011; Hiby et al 2004 –> la méthode positive permet une augmentation de l’obéissance générale du chien
  • Rooney & Cowan 2011 –> avec des méthodes positives les chiens ont une meilleure capacité d’apprentissage et sont moins craintifs
  • Haverbeke et al. (2010) –> les chiens sont moins effrayés par leur propriétaire lorsqu’on les éduque en positif
  • brève d’AVA : « … L’éducation des chiens à base de récompenses a des effets positifs sur leur comportement et augmente leurs capacités d’apprentissage. En effet, les chiens qui sont éduqués par des méthodes basées sur la récompense des bons comportements et avec patience, interagissent plus avec les personnes qu’ils ne connaissent pas, sont plus joueurs et sont plus performants lorsqu’ils doivent apprendre un nouvel exercice, comparés aux chiens éduqués par la réprimande physique. » /Etude réalisée par:N. J. Rooney & S. Cowan, Groupe d’Etude du Comportement et du Bien-être Animal – Université de Bristol (Royaune-Uni);“ Training methods and owner-dog interactions: Links with dog behaviour and learning ability ”Applied Animal Behaviour Science (2011)

Le point le plus positif est que les résultats se font sur le long terme. En effet, les méthodes traditionnelles peuvent se montrer efficaces sur le court terme, cependant, un chien bridé est un chien qui peut potentiellement être dangereux pour lui ou pour les autres. En fait, avec l’éducation positive, puisqu’on place le chien comme un partenaire et qu’on prend le temps de le comprendre, ça prend parfois plus de temps mais le chien COMPREND et donc ça s’ancrera plus facilement dans son fonctionnement quotidien.

Que dit la science ?

J’ai déjà présenté pas mal d’études dans l’article mais là j’en rajoute une couche pour ceux intéressés 😉 En 2014, deux chercheuses françaises se sont intéressées à comparer les méthodes d’éducation utilisant le R+ ou le R- sur les comportements de stress du chien ainsi que sur la relation humain-chien.

Pour cela, elles ont comparé une méthode basée sur le renforcement positif (utilisation de friandises pour motiver le chien et lui donner en récompense quand il fait ce qu’on attend) avec une méthode basée sur le renforcement négatif (disparition d’un stimulus aversif : appuyer sur les fesses du chien pour qu’il s’assoie, lui mettre un acoup pour qu’il marche au pied). Elles ont mené leur étude dans 2 centres d’éducation employant ces méthodes et ont observé des chiens ayant eu au minimum 5 cours d’éducation dans le centre pour être sûrs qu’ils soient familiarisés au lieu.

Voici les caractéristiques des chiens impliqués dans l’étude (Deldalle & Gaunet, 2014)
la proportion de « gros » chiens étant de 67% dans le groupe R+ et de 73% dans le groupe R-

Les comportements de la dyade étaient codés sur des moments de marche ensemble, les comportements du chien sur 2 exercices : la marche en laisse et le « assis ».

éthogramme (Deldalle & Gaunet, 2014)

Les comportements de stress ou de posture basse indiquant le degré de désagrément lié à l’interaction, les regards dirigés et comportements d’évitement donnant des indications sur la nature de la relation de cette dyade.

📊Résultats

Marche en laisse :

  • pas de différence significative sur les comportements de posture basse mais différence significative sur les regards adressés à leur humain : très peu dans le groupe R- mais 62,5% dans le groupe R+ !
  • peu de différences sur le comportements de l’humain : 12% du groupe R- et 8% du groupe R+ ont mis un acoup à leur chien; aucun n’a contraint son chien ou utilisé de friandise
Deldalle & Gaunet (2014)

Pour le « assis »

  • plus de chiens dans le groupe R- ont baillé et et léché leurs babines
  • plus de chiens dans le groupe R- que dans le groupe R+ ont montré au moins 1 des 6 comportements de stress
  • plus de postures basses et moins de regards dans le groupe R- que dans le groupe R+
  • 31% du groupe R- a mis un acoup à son chien alors que seulement 8% dans le groupe R+ (mais cette différence n’est pas significative)
  • 42% du groupe R+ a utilisé une friandise, aucun dans le groupe R-
Deldalle & Gaunet (2014)

Conclusion

➡️Le fait qu’il y ait des différences significatives sur la posture basse pour le assis mais pas pour la marche en laisse montre qu’il n’y a pas de généralisation de l’utilisation de stimuli aversifs ou du comportement de l’humain -> ce qui se différencie d’une étude que je vous présenterai prochainement!

➡️Mais ça change quand une commande verbale est impliquée ce qui laisse penser que la commande verbale elle-même est devenue un stimulus aversif pour le groupe R- probablement par un apprentissage d’association

➡️Le fait que seulement 3 chiens du groupe R- montrent des comportements d’évitement fait penser que la méthode n’est pas suffisamment stressante pour induire des tentatives d’éviter/de fuir la situation MAIS on peut aussi penser que les comportements d’évitement sont masqués par la présence de la laisse

➡️Le fait qu’il y ait plus de regards dans le groupe R+, suggère à son tour une relation plus stable au sein de ces dyades

➡️➡️➡️Pour conclure, cet article donne des bonnes indications sur l’importance du type d’éducation sur l’état émotionnel du chien ainsi que sur la relation humain-chien. Il est fait uniquement sur 2 écoles de chiens donc n’est pas représentatif de toutes les pratiques : à mon avis on doit avoir du bien plus trash dans d’autres écoles P+ à fond ! Enfin, je trouve que ça montre l’importance de regarder son chien quand on interagit avec lui : est-ce qu’il montre des signaux de stress, comment est sa posture, est-ce qu’il nous regarde régulièrement ? etc.

Pour l’étude complète : Deldalle, S., & Gaunet, F. (2014). Effects of 2 training methods on stress-related behaviors of the dog (Canis familiaris) and on the dog–owner relationship. Journal of veterinary behavior9(2), 58-65.


À lire :

    • brèves d’AVA :Etude réalisée par: E. Heron et son équipe – Université de Médecine Vétérinaire, Philadelphie (Etats-Unis). “ Survey of the use and outcome of confrontational and non-confrontational training methods in client-owned dogs showing undesired behaviors ”. Applied Animal Behaviour Science (2009). → http://www.avarefuge76.com/fr/articles-&-etudes-35/

Si vous cherchez un éducateur en positif :

Groupes Facebook :

Liens utiles :

Témoignages

En plus, quelques petits témoignages qui m’ont touchée :

« Marley, mon lab, a été mon tout premier chien et, quand on l’a eu, on n’y connaissait pas grand chose même si on était pleins de bonne volonté. Jamais entendu parler d’éduc positive, on s’est bien sûr tournés vers l’éduc tradi. Ça a été une catastrophe totale, Marley était complètement ingérable, nous ignorait copieusement et, surtout, est devenu agressif avec les autres mâles. Au bout d’un an d’éduc, j’ai commencé à me poser des questions face au manque total de progrès et, en farfouillant, j’ai découvert l’éduc positive. Du jour au lendemain, vraiment, j’ai jeté les colliers, pris un clicker et le changement a été radical et immédiat. Je lui suis éternellement reconnaissante d’avoir été CE chien sur qui l’éduc traditionnelle ne fonctionne pas et de m’avoir appris tant de choses. Il est merveilleux aujourd’hui et très, très à l’écoute. On essaie de régler progressivement ses problèmes de réactivité avec les autres mâles et il y a du progrès. Nous sommes très, très proches et l’éducation positive a TOUT changé. »

Le tradi peut malheureusement faire des dégâts au niveau de la relation de confiance humain-chien et avoir comme conséquences des comportements agressifs. Contraindre le chien est un risque que les éducateurs en tradi prennent ! heureusement que certaines personnes sont prêtes à privilégier la relation à leur chien que les ordres hiérarchiques.

« Je rajoute que nous avons ensuite adopté une dobermann rescapée d’Espagne (elle est décédée en août) complètement traumatisée. Elle avait 6 ou 7 ans et elle avait une peur panique de tout. Le moindre geste un peu brusque la paralysait complètement. Au clicker aussi, elle a fait des progrès énormes qu’elles n’aurait jamais pu faire avec des méthodes brutales qui l’auraient complètement cassée »

(de la même personne). Le problème en tradi c’est qu’on contraint des chiens qui sont déjà paniqués donc le risque de morsure est énorme et surtout le chien ne sera jamais bien dans sa tête. En positif, on prend le temps de comprendre le chien et de s’adapter à lui, et ça c’est vraiment important.

« on se met à la place de l’animal. On se dit que nous même on n’apprécierait pas d’être virés malproprement alors qu’on ne fait rien de méchant et qu’on est bien tranquille. On vous parle mal vous réagissez comment ? « oh oui ! continue j’aime ça ! » (lol !) ou « eh tu vas te calmer maintenant ou ça va mal finir espèce de ****! » (qui peut valoir grognement voire morsure chez le chien) ?! donc y a pas d’histoire de place et de hiérarchie à respecter, mais de tolérance et de respect de chacun des individus et de ses besoins »

L’empathie est un concept qui manque à beaucoup d’humains, autant dans leurs relations avec leurs congénères qu’avec leurs animaux. Alors mettez-vous un peu à la place de votre chien en vous demandant comment vous réagiriez si on vous demande quelque chose gentiment ou en criant..

« Ce que c’est pour moi ? juste une philosophie de vie qui consiste à traiter le chien (et pas que le chien) en ami. Tout bêtement. Donc, j’applique les mêmes règles avec ma chienne qu’avec mes amis: je me soucie de ses besoins, de son confort, de son état d’esprit, de ses émotions…je la protège autant que je peux,. Je lui donne et j’attends d’elle autant que de mes amis, les vrais: une complicité, une confiance, une connivence qui ne peuvent se construire qu’avec un respect total, et beaucoup d’amour. Et comme ma chienne ne connait pas au départ mon langage, mon mode de vie, que nous ne sommes pas de la même espèce avec les mêmes codes, je l’éduque en lui apprenant mes règles de politesse et de vivre ensemble, comme avec les enfants, pour qu’elle soit heureuse et adaptée à la société humaine. Parce que tout ce que je veux avec elle, c’est qu’elle soit aussi bien avec moi, que moi avec elle. Que je veux lui apporter autant qu’elle m’offre. Que je veux lui faire plaisir autant qu’elle cherche à m’être agréable. Que j’essaie d’être aussi tolérante face à ses imperfections qu’elle l’est aux miennes,…et Dieu sait si elle est indulgente avec moi 🙂 parce qu’enfin, la pire chose qui puisse m’arriver, ce serait qu’Haydée me regarde avec crainte. Et c’est valable pour tous les chiens, chats, etc…que je rencontre, ou qui partagent ma vie. »

Pour moi, c’est exactement cette relation qu’on devrait TOUS avoir avec nos amis à 4 pattes : amour et harmonie.

3 commentaires

  1. Bonjour,
    et mille merci pour cet article dont je me sert et ressert sans limite!!
    Étant benevole ds un club canin affilié ( oui pouahhh), ancienne assistante véto et éducateur pro( « retraitée » pr des raisons de santé) mais depuis que je suis responsable, cad 15ans, je lutte pour le changement et d’ailleurs, je suis à bout….je pense démissionner car cernée par clubs et pros traditionnels, je pense que la lutte est vaine et je suis fatiguée, dégoutée…
    Bref, je recherche cette étude( et d’autres) dont vous parlez mais impossible de mettre la main dessus…Pourriez-vous m’aider?
    Ben Alexander et al 2011; Haverbeke et al 2008; Haverbeke et al 2010 –> les méthodes en positif augmentent les performances des chiens au travail
    merci et au plaisir de vous relire!
    Claire du 56

    J'aime

Répondre à Mignox Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s